29. Les champs de bataille : monuments et mémoire

Le rapport Robida de 1919

En 1919, de nombreuses associations réclament la protection des vestiges et souvenirs de guerre du front d’Alsace par piété ou pour des raisons touristiques. En février 1919, le ministère de la Guerre dresse la liste des vestiges et souvenirs de guerre à conserver. L’arrêté Millerand permet le classement des vestiges d’un intérêt national. En juillet 1919, l’artiste-peintre Fr. Robida est chargé d’étudier les vestiges sélectionnés. Son rapport du 15 octobre 1919 établit la doctrine de protection des champs de bataille de la première guerre mondiale en Alsace et en Lorraine.

Lorsqu’il visite les vestiges de guerre du front d’Alsace pendant l’été 1919, les possibilités de conservation de certains ouvrages sont compromises, mais une sorte de « sélection naturelle » facilite la prise de décision. Pour lui, il n’est d’ailleurs pas envisageable d’assurer la conservation de vestiges qui ne peuvent résister aux hivers ou aux dégradations des visiteurs. Fr. Robida estime que les traces du conflit peuvent disparaître sans que le souvenir des événements ne s’estompe. Ainsi : « Classer les souvenirs de la Grande Guerre ne consistera pas […] à protéger un certain nombre de vestiges de guerre pris en eux-mêmes, mais à délimiter les terrains sur lesquels l’histoire et la piété nationale ont des droits et qu’il importe, non de conserver indéfiniment à un état déterminé mais de protéger efficacement contre toute profanation ou contre toute entreprise qui en modifierait le caractère évocateur. »

« On ne serait qu’ajouter aux effets combinés des combats et du temps le caractère factice des inévitables travaux d’entretien et transformer des champs de bataille pleins de souvenirs héroïques en des paysages truqués sans signification.

Ce n’est pas l’aspect même des choses qui rend vénérables les paysages du front, mais le souvenir dont ils ont été le théâtre et il est certain que ce souvenir ne s’attachera dès les prochaines années qu’aux lieux dont le nom est revenu si souvent dans les communiqués qu’ils en garderont un prestige légendaire. »

Le classement, la protection et l’aménagement des vestiges et souvenirs de guerre d’Alsace

Suivant les conclusions du rapport Robida et l’avis de la commission de l’Architecture et des Beaux-Arts d’Alsace et de Lorraine, le commissaire général de la République prononce le classement des principaux vestiges et souvenirs de guerre du front d’Alsace. La plate-forme de tir de Zillisheim est classée dès le 1er septembre 1920 : il s’agit de la première protection au titre des Monuments historiques d’une œuvre du XXe siècle en France. Les champs de bataille du Hartmannswillerkopf, de la Tête des Faux et du Linge sont classés en 1921, puis les cimetières militaires de Moosch et du carrefour Duchêne en 1923-1924. Les terrains sont acquis par l’État.

Champ de bataille du Linge. Auteur : Service des Monuments historiques, 1920 (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

Champ de bataille du Linge. Auteur : Service des Monuments historiques, 1920 (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace)

Après guerre, les familles endeuillées, les anciens combattants, les simples curieux et les marchands de souvenirs se rendent en nombre sur les champs de bataille. Un règlement et une surveillance s’avèrent ainsi nécessaires. En avril 1921, l’architecte des Monuments historiques P. Gélis dresse un nouvel itinéraire de visite pour le Hartmannswillerkopf, sorte de « voie de pèlerinage » à travers le champ de bataille, qui contraint les visiteurs à passer par les tranchées françaises.

Comme l’avait pressenti Fr. Robida au Hartmannswillerkopf, des monuments sont construits sans autorisation. Des comités rivaux se forment, chacun projette la construction d’un monument gigantesque. Le site étant classé, les comités définissent un programme d’ensemble avec l’accord de la commission. Le projet est confié au directeur R. Danis. Son plan est constitué de trois éléments :

  • une crypte abrite un ossuaire et les chapelles des trois cultes concordataires ;
  • un immense cimetière en forme de croix est aménagé sur la pente du Silberloch ;
  • une croix de 15 mètres de haut est érigée au sommet.
Monuments aux morts au Hartmannswillerkopf. S.n., s.d. (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

Monuments aux morts au Hartmannswillerkopf. S.n., s.d. (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace)

L’ensemble de la composition s’inscrit dans un axe reliant les sommets du Molkenrain et du Hartmannswillerkopf. La statuaire est confiée au sculpteur A. Bourdelle. Commencé en 1925 grâce à une souscription nationale, le monument est inauguré en 1932.

(Auteur : Nicolas Lefort)

>> Suite de l’exposition

<< Retour au panneau précédent

<< Retour à l’accueil

Télécharger le panneau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *