28. La réparation des dommages de guerre

Des dommages de guerre assez limités

Sur 5 000 Monuments historiques classés en France, environ 850 ont été endommagés pendant la première guerre mondiale. En Alsace, les édifices touchés sont peu nombreux et sont tous situés dans le Haut-Rhin. R. Danis en dresse la liste devant le congrès archéologique de France qui se tient à Strasbourg en 1920 : la collégiale Saint-Thiébaut, la halle aux blés et la tour des Cigognes à Thann ; l’église de Vieux-Thann, la porte de Thann à Cernay, l’église Saint-Léger de Guebwiller, les églises de Wattwiller, Thierenbach, Soultz et Murbach, soit dix monuments dont la restauration est prise en charge par la direction de l’Architecture et des Beaux-arts d’Alsace et de Lorraine. En plus des monuments classés, il faut compter les monuments inscrits sur la liste de F. Wolff et les édifices intéressants qui ne sont pas pris en charge par le service des Monuments historiques.

La doctrine du service des Monuments historiques en 1919

À la fin de la première guerre mondiale, la reconstruction des Monuments historiques détruits ne va pas de soi. À Paris, les membres de la commission des Monuments historiques s’interrogent sur l’attitude à adopter : reconstruire les monuments détruits ou conserver leurs ruines comme autant de témoignages de la « barbarie allemande » ? Il apparaît rapidement que le maintien de ruines poserait des problèmes techniques insolubles et que les populations souhaitent retrouver leur cadre de vie d’avant-guerre. À la commission de l’Architecture et des Beaux-Arts, R. Danis explique que, lorsque cela sera possible, les monuments endommagés seront restaurés.

Document : Discours de R. Danis à la commission de l’Architecture et des Beaux-Arts d’Alsace et de Lorraine, 20 octobre 1919 :

« L’affreuse zone de guerre de notre pays est couverte de reliques de nos monuments. Un trop grand nombre d’édifices sont hélas blessés à mort et nous ne pourrons que rappeler sur place leur souvenir en en conservant quelques vestiges, comme l’on conserve les débris d’un amphithéâtre antique ou d’un château féodal. […] Mais, et c’est souvent le cas en Alsace, quand les événements n’ont que partiellement vaincu la matière, ne devons-nous pas ranimer la pensée créatrice d’un monument lorsque des documents indiscutables permettent de la conserver autrement que dans des recueils de photographies d’avant guerre ? Le plan de l’architecte n’est pas autre chose que la partition du musicien : l’un harmonise des lignes, tous deux laissent sur le papier le dessein d’une œuvre qui ne s’anime que lorsqu’elle est exécutée. […] Tel est le principe que nous ne pouvons perdre de vue, l’idée maîtresse de la doctrine que nous entendons appliquer, mais dont les applications doivent être aussi diverses que le sont les cas qui se présentent.« 

Quelques exemples concrets : Leimbach, Wattwiller et Cernay

Trois exemples illustrent son propos :

En 1917, l’église Saint-Blaise de Leimbach a été en grande partie détruite par un obus incendiaire allemand ; seuls subsistent la tour-chœur du XVIIIe siècle et une partie du portail occidental de style roman. Après guerre, la municipalité décide de construire une église neuve au centre du village. L’ancienne église est classée et conservée à l’état de ruines. Le projet de la nouvelle église est confié à l’architecte des Monuments historiques P. Gélis et exécuté entre 1925 et 1927.

Vue des ruines de l'église de Leimbach. Auteur : Louis Emmanuel Mas, s.d. (Médiathèque de l'architecture et du patrimoine)

Vue des ruines de l’église de Leimbach. Auteur : Louis Emmanuel Mas, s.d. (© Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, Paris)

L’église de Wattwiller avait été agrandie en 1852, puis restaurée par Ch. Winkler en 1881-1882. Pendant la première guerre mondiale, elle est très endommagée par les bombardements : la couverture de la nef et du chœur est détruite, et le clocher est gravement touché. L’église de Wattwiller étant seulement inscrite sur la liste de F. Wolff, son classement est prononcé en 1920. P. Gélis propose de reconstruire l’église dans son état de 1914 en y apportant seulement quelques modifications de détail. Pour la décoration intérieure, il fait appel au maître-verrier parisien J. Gaudin qui réalise des mosaïques de saints.

Église de Wattwiller après les destructions de 1914-1918, et en cours de restauration en 1923. S.n. (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

Église de Wattwiller après les destructions de 1914-1918, et en cours de restauration en 1923. S.n. (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace)

La porte de Thann à Cernay a aussi été très endommagée. La façade en pan de bois située côté ville avait été incendiée en 1910. Pendant la guerre, les maçonneries de la façade côté campagne furent touchées par les bombardements, et les maisons attenantes détruites.

Relevé de la porte de Thann à Cernay dans son état de 1919. Auteur : Paul Gélis, s.d. (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

Relevé de la porte de Thann à Cernay dans son état de 1919. Auteur : Paul Gélis, s.d. (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace)

Projet de restauration de la porte de Thann à Cernay dans l'état supposé du XIIIe s. Auteur : Paul Gélis, 1927 (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

Projet de restauration de la porte de Thann à Cernay dans l’état supposé du XIIIe s. Auteur : Paul Gélis, 1927 (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace)

Se basant sur des observations sur place et sur la documentation du Denkmalarchiv, P. Gélis étudie deux projets de restauration : le premier consisterait à rétablir la porte de Thann dans son état de 1914 (4 étages), le second à la restaurer dans son état primitif (3 étages). La commission de l’Architecture et des Beaux-Arts d’Alsace et de Lorraine choisit cette deuxième solution car elle permet de dégager l’ogive de la porte et d’améliorer l’accès aux étages.

(Auteur : Nicolas Lefort)

>> Suite de l’exposition

<< Retour au panneau précédent

<< Retour à l’accueil

Télécharger le panneau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *