22. Le service de protection des monuments et œuvres d’art du front Est (1917-1919)

Au cours de la guerre, les monuments situés dans la zone du front sont exposés à un danger croissant lié au perfectionnement des armements. En outre, la zone des destructions s’est étendue et la deuxième retraite allemande de février 1917 cause des dégâts très importants. C’est pourquoi le sous-secrétariat des Beaux-Arts et le ministère de la Guerre créent, le 21 mai 1917, un service de protection des monuments et œuvres d’art situés dans la zone des armées qui est placé sous la direction d’une commission interministérielle. La 3e section du front de l’Est comprend les départements de la Meuse, de la Meurthe-et-Moselle, des Vosges, Belfort et les territoires reconquis de l’Alsace. Son siège administratif est fixé à Verdun, puis à Metz. Le 6 septembre 1917, sa direction est confiée à un officier d’administration de 3e classe du Génie, le sous-lieutenant R. Danis. Ce dernier relève, en tant que chef de service, tout à la fois du ministère de la Guerre et du sous-secrétariat des Beaux-Arts.

Monuments et œuvres d'art du Front Est : organisation du service par zones dévastées. Carte jointe au rapport 803 du 22 janvier 1919 (© Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, Paris)

Monuments et œuvres d’art du Front Est : organisation du service par zones dévastées. Carte jointe au rapport 803 du 22 janvier 1919 (© Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, Paris)

La guerre fait rage dans tout ce secteur et la tâche de R. Danis se révèle particulièrement délicate ; seule l’évacuation des œuvres de la zone des combats peut permettre d’assurer une sauvegarde minimale. En octobre 1917, il installe un dépôt d’œuvres d’art dans l’église de Rambécourt-aux-Pots (Meuse), puis dans le Carmel de Domrémy. Si le village a été entièrement détruit, l’église peut être remise en état et les grandes dimensions des lieux ainsi que la situation centrale par rapport au front de Verdun plaident en faveur de ce choix. L’une des préoccupations prioritaires de R. Danis concerne alors le célèbre « transi », une sculpture de Ligier Richier qui fait la gloire du musée de Bar-le-Duc, en raison des incessants bombardements aériens allemands que subit la ville. Les déplacements constituent une difficulté souvent soulignée tant pour les tournées d’inspection que pour l’évacuation des œuvres car les permis de circuler en voiture sont en effet à renouveler mensuellement auprès du général commandant la 6e région militaire. Dans les territoires reconquis de l’Alsace, la priorité est l’évacuation des œuvres d’art qui se trouvent encore à portée de tir de l’artillerie allemande.

Le 23 novembre 1917, R. Danis se rend à Masevaux et à Thann pour préparer une évacuation des œuvres menacées, dans la crainte des ravages de l’artillerie allemande et des combats, dans un secteur dans lequel est prévu sous peu une offensive française de grande ampleur : « Toutes les localités de l’Alsace se trouvant exposées dans le cas d’une grande offensive, j’ai l’honneur de vous prier de bien vouloir attirer de nouveau l’attention de M. le ministre de la Guerre (service d’Alsace-Lorraine) sur la nécessité de veiller à la sécurité des œuvres d’art classées en Alsace parmi les Monuments historiques français avant 1870 et d’assurer leur conservation dans des conditions favorables, comme il est procédé vis-à-vis des œuvres d’art classées provenant des autres départements du Front Est ».

En février 1918, R. Danis fait évacuer les objets d’art de Thann à Sewen, village le plus éloigné des lignes en Alsace, où il établit le dépôt du service. En septembre 1918, il constitue une équipe pour effectuer des travaux de protection provisoire des monuments endommagés par la guerre à Thann. L’action du service de protection et d’évacuation des monuments et œuvres d’art semble avoir été bien reçue par les habitants de Thann. Une première demande de classement au titre des Monuments historiques est formulée avec insistance par le propriétaire d’une maison à oriel du XVIe siècle qui a été fortement endommagée par la guerre. Après l’armistice du 11 novembre 1918, les œuvres d’art de la collégiale de Thann sont rapatriées et remises en place rapidement. Le service de protection des monuments et œuvres d’art du front Est est supprimé progressivement au printemps 1919.

(Auteur : Nicolas Lefort)

>> Suite de l’exposition

<< Retour au panneau précédent

<< Retour à l’accueil

Télécharger le panneau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *