21. Le service des Monuments historiques en temps de guerre (1914-1918)

La préservation des Monuments historiques d’Alsace, un enjeu national entre France et Allemagne

Dès le début de la première guerre mondiale en août 1914, l’armée française parvient à occuper la région de Thann-Masevaux dans le sud de l’Alsace. Elle y retrouve plusieurs Monuments historiques classés : la collégiale Saint-Thiébaut et les ruines du château d’Engelbourg à Thann, la chapelle de l’ancienne abbaye de Masevaux et l’église de Vieux-Thann. Dans l’immédiat, aucune mesure particulière n’est prise pour leur protection.

La Halle aux Blés de Thann avant la première guerre mondiale. Auteur : Dr Hoeber, 1912 (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

La Halle aux Blés de Thann avant la première guerre mondiale. Auteur : Dr Hoeber, 1912 (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace)

Après le bombardement de la cathédrale de Reims en septembre 1914, la préservation des Monuments historiques devient un thème majeur de la propagande de guerre française et allemande. Côté allemand, l’historien de l’art P. Clemen reproche à la France d’avoir abandonné l’entretien des églises en votant la loi de séparation de l’Église et de l’État en 1905. Il accuse aussi l’armée française d’avoir provoqué l’incendie de la cathédrale de Strasbourg en 1870 et le bombardement de la cathédrale de Reims en 1914 par l’utilisation de leurs tours comme postes d’observation. Dans les territoires belges et français occupés, P. Clemen organise le Kunstschutz, un service de protection des monuments et œuvres d’art, dont l’objet est de prouver au monde que l’Allemagne est une nation civilisée qui se préoccupe de « préserver l’art de l’ennemi ». Côté français, une « exposition des œuvres d’art mutilées ou provenant des régions dévastées par l’ennemi » se tient à Paris en 1916. Elle présente une série de dessins de l’artiste alsacien R. Kammerer montrant les dégâts que les bombardements allemands ont causés à la collégiale, aux anciens remparts, et aux vieilles maisons de Thann. Dans son ouvrage sur La Renaissance des ruines, P. Léon oppose les méthodes française et allemande de restauration des Monuments historiques en prenant pour exemples les églises d’Alsace.

La Halle aux Blés de Thann après les bombardements. Auteur : Adolphe Stuber, 1918 (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

La Halle aux Blés de Thann après les bombardements. Auteur : Adolphe Stuber, 1918 (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace)

Église Saint-Jean-Baptiste à Wattwiller, destructions 1914-1918. S.n., 1921 (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace)

Église Saint-Jean-Baptiste à Wattwiller, destructions 1914-1918. S.n., 1921 (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace)

Les mesures prises par l’autorité militaire française (1915-1917)

En 1914, le service français des Monuments historiques n’avait prévu aucun plan d’ensemble pour la protection et l’évacuation des monuments et œuvres d’art de la zone des armées. Mais les premières destructions d’ampleur forcent les autorités civiles et militaires à réagir. En Alsace, la collégiale de Thann est visée par les bombardements allemands de décembre 1914 et de janvier 1915. En février 1915, les autorités militaires françaises chargent G. Pimienta, sculpteur à Paris et officier de réserve, d’assurer la conservation des monuments et objets d’art de la région de Thann-Masevaux. G. Pimienta fait déposer et mettre à l’abri les statues, les vitraux anciens, les stalles et l’orgue de la collégiale de Thann. Il fait protéger les deux grands portails sculptés par des échafaudages de planches et un matelassage en sacs de coton. Ces mesures permettent de limiter les dégâts lors du bombardement de février 1916.

(Auteur : Nicolas Lefort)

>> Suite de l’exposition

<< Retour au panneau précédent

<< Retour à l’accueil

Télécharger le panneau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *