12. Une ruine, une restitution, un monument

Une ruine classée dès 1862

La ruine du Haut-Koenigsbourg avait été repérée par E. Viollet-le-Duc en 1854 et des travaux de consolidation sont entamés en 1856. Lors du congrès archéologique en 1857, L. Spach émet une hypothèse audacieuse, qu’il qualifie d’irréaliste : « Figurez-vous […] le Haut-Koenigsbourg relevé de ses ruines, et transformé non en château fort contre l’ennemi, mais en pacifique musée du Moyen Âge ». En 1862 la ruine du Haut-Koenigsbourg est classée. Elle sera acquise par la ville de Sélestat en 1865.

L’empereur et l’architecte

1899 : la ruine est offerte par cette ville à l’empereur Guillaume II. Ce dernier accepte avec enthousiasme. Il décide d’en faire un musée du château fort et la borne ouest de son empire. La restauration entreprise illustre son souci d’ancrer la dynastie des Hohenzollern à la suite des dynasties prestigieuses des Hohenstaufen et des Habsbourg, propriétaires successifs de ce château. Alors que Ch. Winkler avait montré son intérêt pour la restauration du Haut-Koenigsbourg dès 1882, alors que le Statthalter avait pris l’initiative de proposer la candidature d’O. Piper, auteur d’une Burgenkunde (précis sur les châteaux forts) en 1895, l’empereur décide en 1898 de confier la restauration à B. Ebhardt, architecte qui se prend de passion pour les châteaux forts et leurs restaurations.

Proposition de restauration du château du Haut-Koenigsbourg. Auteur : Charles Winkler, 1894 (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

Proposition de restitution du château du Haut-Koenigsbourg. Auteur : Charles Winkler, 1874 (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace)

Projet de restitution du château du Haut-Koenigsbourg. Auteur : Charles Winkler, 1874 (Denkmalarchiv, DRAC Alsace)

Projet de restauration du château du Haut-Koenigsbourg. Auteur : Charles Winkler, 1894 (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace)

La restauration

B. Ebhardt propose de restaurer la ruine en tenant compte d’éléments historiques, archéologiques et architecturaux.

De 1899 à 1901, les ruines sont déblayées, le mobilier archéologique prélevé par les ouvriers, une campagne photographique est menée tandis que l’archiviste W. Wiegand est chargé de publier notamment deux inventaires du XVIe siècle qui vont permettre de se faire une idée de l’agencement des pièces, mais aussi des travaux de réparation. L’architecte collecte enfin des éléments de comparaison.

Voyage d'étude sur l'architecture des châteaux réalisé à la demande de l'empereur en vue la resturation du Haut-Koenigsbourg. Eine Burgerfahrt. Auteur : Bodo Ebhardt, Berlin, 1901 (STAP 67)

Voyage d’étude sur l’architecture des châteaux réalisé à la demande de l’empereur en vue de la restauration du Haut-Koenigsbourg. Eine Burgenfahrt. Auteur : Bodo Ebhardt, Berlin, 1901 (STAP 67, DRAC Alsace)

Un chantier moderne

Le chantier est mené de 1902 à 1908, du centre de la ruine (donjon, palais, haut-jardin) vers l’extérieur (lices, bastions) avec l’aide d’engins modernes (grues, wagonnets). Une carrière est ouverte à l’extrémité du site ainsi qu’un captage de source en contrebas pour approvisionner le chantier. L’électricité est fournie par un générateur.

Plusieurs cérémonies marqueront le chantier : le début des travaux en mai 1901, l’inauguration intermédiaire en 1906 avec mise en place de l’aigle sur le donjon (manifestation permettant de demander des fonds complémentaires), et le 13 mai 1908, ouverture du château. Des travaux se poursuivront jusqu’à la première guerre mondiale.

Ce chantier de restauration coûtera 2 250 000 Reichsmark, payés pour moitié par le Reich et par le Reichsland Elsass-Lothringen.

Une restauration controversée

Wie man nicht restaurieren soll (die Hoh-Koenigsburg). Auteur : Otto Piper, 1905 (STAP du Bas-Rhin)

« Wie man nicht restaurieren soll (die Hoh-Koenigsburg) », Revue alsacienne illustrée, VII, 3. Auteur : Otto Piper, 1905 (STAP 67, DRAC Alsace)

Document : Polémique concernant le donjon du Haut-Koenigsbourg. Tiré de : Le Haut-Koenigsbourg dans les Vosges et son inauguration. Auteur : Hansi, 1908

« Il serait indigne d’un ouvrage aussi sérieux que celui-ci de prendre part à la discussion qui s’est élevée, sur le point de savoir si le donjon du Haut-Koenigsbourg a été autrefois rond ou carré. L’art allemand et la science allemande ont décidé que le donjon était carré, donc il était carré en effet. Quand bien même il aurait été rond dans la réalité, l’architecte allemand ne saurait devoir s’en préoccuper. Car, en ce cas, le forme ronde et molle de l’ancienne tour serait due à l’influence néfaste des constructeurs français. Toute chose vraiment belle et vraiment allemande est carrée dès l’origine. La forme du crâne germanique est là pour le prouver. Un architecte vraiment allemand n’a pu concevoir qu’une tour rigoureusement carrée. »

Peu avant l’inauguration de 1908, une campagne de dénigrement des travaux était entamée sur la base de la publication d’une plaquette d’ivoire (douteuse) et d’une gravure où l’on voit un château (mais quel château ?) avec un donjon rond. Hansi relaie cette polémique dans son ouvrage illustré sur le Haut-Koenigsbourg. Il n’est pas étonnant que l’on s’en prenne au donjon, symbole même du château fort, mais les arguments retenus ne résistent pas à l’analyse.

Avec le retour de l’Alsace à la France, cette propriété impériale devient propriété de l’État français qui en fait « un palais national ». Après 1919, seuls les volets aux couleurs des Hohenzollern sont repeints.

Le classement du château en 1993

À l’heure de la réconciliation franco-allemande, le château restitué est classé Monument historique.

La restauration peut faire l’objet de réserves (choix des parties hautes, sources des décors, interprétation de certaines pièces archéologiques, erreur due à la méconnaissance de certains sujets à l’époque), mais elle témoigne d’une volonté de s’appuyer sur une multitude d’indices historiques, architecturaux et archéologiques, et là où il n’y a rien sur place, de trouver des sources « équivalentes » ailleurs. En cela et malgré les « erreurs » (moulin à vent, reconstitution d’un donjon qui n’existait plus à l’époque de référence retenue), le Haut-Koenigsbourg témoigne d’un style de restauration différent de Pierrefonds.

Pourtant, lors de restaurations récentes, certains choix de B. Ebhardt en matière de tuiles ont été hâtivement remis en cause.

(Auteur : Monique Fuchs)

>> Suite de l’exposition

<< Retour au panneau précédent

<< Retour à l’accueil

Télécharger le panneau

Pour en savoir plus…

Site officiel du Haut-Koenigsbourg

L’étude du Haut-Koenigsbourg par le Service de l’inventaire du patrimoine

Le Haut-Koenigsbourg dans le moteur de recherche Collections du Ministère de la culture

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *