1. Les Monuments historiques entre Allemagne et France de 1871 à 1930

 

Une belle loi

Loi du 31 décembre 1913 sur les Monuments historiques

Loi du 31 décembre 1913 sur les Monuments historiques

La loi du 31 décembre 1913 sur les Monuments historiques a cent ans cette année. Il s’agit d’un texte fondateur qui a servi de modèle dans différents pays d’Europe : Italie, Belgique, Allemagne… Ce centenaire est l’occasion d’une célébration qui a pour objectif de rappeler les effets durables de cette loi pour la protection et la conservation du patrimoine en France. En effet, ce qui est aujourd’hui un vaste appareil législatif et réglementaire, rassemblé dans le Code du Patrimoine, structure toutes les politiques de protection et de conservation sur les immeubles et les objets mobiliers depuis un siècle. La qualité du travail parlementaire et administratif du début du XXe siècle a permis d’élaborer un texte de référence qui a connu, sans difficultés majeures, un siècle d’adaptations et compléments et ce dès 1924 avec la création d’un nouveau régime de protection. Au « classement au titre des Monuments historiques » a été ajouté le régime de « l’inscription ».

Une loi durable

Ce texte a donc vécu tous les régimes et a permis de sauvegarder et construire le paysage monumental et plus généralement bâti que nous connaissons, dans lequel la continuité entre ancien et contemporain peut être assurée en souplesse. Cette loi, qui inspire le respect de tous et que célèbrent les « Journées du Patrimoine » − avec leurs millions de participants chaque année − a fait ses preuves depuis un siècle. Elle est née d’une pratique qui s’était construite dans le cadre administratif français depuis 1830, date à laquelle le ministre F. Guizot nomme L. Vitet au poste d’inspecteur des Monuments historiques qui vient d’être institué. La loi du 31 décembre 1913 sur les Monuments historiques est promulguée en France à une période riche pour l’histoire du patrimoine dans l’Europe entière. Chaque nation a, depuis la seconde moitié du XIXe siècle, élaboré selon sa sensibilité administrative et politique propre, plus ou moins centralisatrice, les outils d’une politique en faveur des monuments.

La loi rattrape l’Alsace

JEP2013_P01_02

Portrait de groupe posant dans les ruines de l’hôtel Klinglin à Strasbourg. Auteur : Charles Winter, 1871 (Denkmalarchiv, © DRAC Alsace)

L’Alsace, alors allemande, connaît avec la France un destin parallèle et croisé autour de la notion de monument et ce texte français intervient à la mi-temps de la période allant de l’annexion à l’achèvement de la réintégration des « départements recouvrés ». Soit une période de près d’un demi-siècle, durant laquelle, en effet, l’administration d’empire d’Alsace-Lorraine continue à œuvrer pour le patrimoine mais également pour les paysages. La situation spécifique de l’Alsace au regard de la question des monuments, à partir du traité de Francfort jusqu’à la convention d’armistice du 11 novembre 1918 et le rattachement à la France, invite à commémorer le centenaire de la loi avec un regard particulier. En effet, en y regardant de près, à la suite des travaux de F. Igersheim et de N. Lefort, les ponts sont loin d’être rompus entre France et Allemagne sur cette question. Il est même remarquable de voir les continuités intellectuelles, organisationnelles, réglementaires et la présence d’acteurs d’un même milieu attentifs au-delà des frontières, sans exclure l’arrière-fond plus ou moins polémique selon les circonstances.

La période qui s’étend de 1919 à 1929 est celle de la réintégration de la politique monumentale et des moyens qu’elle nécessite. On peut détecter alors un certain bouillonnement où se mêlent réorganisation, créativité, nostalgie et ressentiment.

L’objectif est, en partant des racines, de présenter à l’aide de portraits, de faits et documents, la lecture d’un paysage original, dans le contexte français d’aujourd’hui, où agissent des institutions, évoluent des hommes de l’art et où se mettent en œuvre des politiques monumentales héritées des idéaux révolutionnaires français.

(Auteur : Simon Piéchaud)

 

>> Suite de l’exposition

<< Retour à l’accueil

Télécharger le panneau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *