Archives de catégorie : Non classé

Nouvelle campagne de numérisation de documents patrimoniaux

Chaque année, la Direction régionale des affaires culturelles réalise une prestation externalisée de documents dont le format dépasse les capacités du scanner du Service de la documentation patrimoniale. Pour 2016, près de 1800 documents ont été sélectionnés.

1. Le Denkmalarchiv Bas-Rhin et Haut-Rhin

Fonds d’archives créé au début du 20e s. par l’administration allemande, le Denkmalarchiv représente une importante collection iconographique sur le patrimoine alsacien. Les documents qui le composent font l’objet, depuis une dizaine d’années, d’un inventaire à la pièce et d’un plan de numérisation en vue d’une mise en ligne sur la base nationale Mémoire du Ministère de la culture et de la communication.

La numérisation des documents hors-formats se termine pour les parties bas-rhinoise et haut-rhinoise du fonds. En 2016, les communes suivantes ont fait l’objet d’un inventaire sommaire et les documents sont prêts à être numérisés.

Pour le Bas-Rhin :

  • Walbourg ;
  • Niederbronn-les-Bains.

Pour le Haut-Rhin :

  • Masevaux ;
  • Merxheim ;
  • Meyenheim ;
  • Mittelwihr ;
  • Niedermorschwihr ;
  • Neuf-Brisach ;
  • Oberhergheim ;
  • Obersaasheim ;
  • Ottmarsheim ;
  • Pfaffenheim ;
  • Reiningue ;
  • Riquewihr ;
  • Rouffach ;
  • Sainte-Croix-aux-Mines ;
  • Sainte-Marie-aux-Mines ;
  • Sausheim ;
  • Sigolsheim ;
  • Soultz ;
  • Soultzmatt ;
  • Steinbach ;
  • Uffholtz ;
  • Wattwiller ;
  • Wintzfelden ;
  • Wolfersdorf ;
  • Wolfgantzen ;
  • Zellenberg.

2. Le Denkmalarchiv Moselle

La fusion des régions a été l’occasion d’une réflexion élargie à la partie mosellanne du Denkmalarchiv, conservée à l’Unité territoriale de l’architecture et du patrimoine de Moselle à Metz.

En 2015, Raphaël Elfenstein, alors étudiant en master d’histoire de l’architecture à l’Université de Paris 1 – Panthéon Sorbonne, a effectué dans le cadre de son mémoire un inventaire d’une partie des documents relatifs à la cathédrale de Metz. Ce travail a permis d’identifier des séries susceptibles de bénéficier d’une numérisation externalisée, essentiellement des relevés d’architecture réalisés par Paul Tornow (1848-1921), architecte allemand chargé de la restauration de cet édifice. Cette année, un lot de 450 pièces a été sélectionné. Il s’agit notamment :

  • d’une étude comparative des cathédrales sous forme de silhouettes ;
  • des relevés en relation avec divers projets concernant la flèche ;
  • d’un lot de relevés et de photographies du portail de la Vierge ;
  • des relevés des projets du portail principal.

3. Le fonds Fernand Guri

Fernand Guri (1908-1991) a été chef de l’Agence des bâtiments de France de 1946 à 1975. À ce titre, il a supervisé plusieurs projets de construction et de restauration d’édifices sur le territoire alsacien et dans d’autres régions.

Cette année, les communes suivantes ont été intégrées dans le plan de numérisation.

Pour le Bas-Rhin :

  • Hangenbieten ;
  • Kindwiller ;
  • Marmoutier ;
  • Mollkirch ;
  • Strasbourg.

Pour le Haut-Rhin :

  • Fort-Louis.

Pour les autres régions :

  • Gerardmer ;
  • Gerbepal ;
  • Paris ;
  • Bruxelles ;
  • Luxembourg.

Ces documents seront envoyés au prestataire extérieur en juillet 2016 pour un retour prévu courant 2017.

La bibliothèque du Service régional de l’archéologie (SRA) Alsace

Le SRA Alsace dispose d’une bibliothèque de recherche sur l’archéologie régionale et différents thèmes relatifs à la discipline. Initialement créée pour les archéologues du SRA avant d’être ouverte à un public plus large, son fonds répond principalement aux besoins du service. En conséquence, certains ouvrages de base ne se retrouvent parfois pas dans les collections, mais on pourra avantageusement y découvrir quelques références très pointues introuvables dans d’autres bibliothèques de la région.

Le fonds de la bibliothèque est enrichi par voie d’acquisition et grâce à une politique d’échanges et de dons entre institutions éditrices.

1. Où trouver les documents ?

La bibliothèque du SRA se situe au Centre d’information et de documentation (CID) de la DRAC Alsace. Elle y propose en libre accès les ouvrages généraux sur l’archéologie (législation, pédagogie, conservation-restauration, etc.), des études plus spécifiques (monographies de sites, grandes périodes chronologiques, etc.) ainsi que des collections (Guides archéologiques de la France, Carte archéologique de la Gaule, etc.) et des revues.

La bibliothèque des alsatiques et des mémoires de recherche se trouve au 2e étage dans les locaux du SRA : elle n’est pas en libre accès et les ouvrages sont à consulter au CID.

À noter : les rapports de fouille ne dépendent pas de la bibliothèque, mais sont consultables au CID.

Le catalogue de la bibliothèque contient l’ensemble des monographies et les titres de revues. Ces dernières ne sont pas dépouillées dans la base, mais la bibliographie régionale figure chaque année dans le Bilan scientifique de la région Alsace, publication gratuite diffusée par le SRA et consultable au CID.

Le catalogue de la bibliothèque est consultable sur la base Malraux du Ministère de la culture et de la communication. Sur la page d’accueil, cliquez sur Recherche experte (en haut à droite), sélectionnez  » DRAC Alsace-Archéologie  » dans le champ Établissement puis entrez vos critères de recherche.

Les monographies y sont indexées par mots-clés d’après le thesaurus Pactols-sujets.

2. De quoi se compose le fonds de la bibliothèque ?

Le fonds de la bibliothèque se compose de monographies et de publications en série (collections et périodiques).

  • Monographies : l’ensemble du fonds est catalogué et la bibliothèque possède environ 3600 monographies. Celles-ci comprennent les sources publiées et les mémoires (maîtrise, DEA, Master, thèse) dont les sujets sont en rapport avec l’archéologie régionale ;
  • Publications en série : la bibliothèque propose 386 titres de publications en série.

3. Quel est le mode de classement ?

Monographies

Les monographies sont classées de manière thématique pour ce qui concerne les généralités, et selon les grandes périodes chronologiques pour les études spécifiques.

Le cote se compose de 3 séries de 3 lettres :

SRA + Thème + 3 premières lettres du nom de l’auteur

Vous trouverez ici le cadre de classement de la bibliothèque du SRA Alsace.

Publications en série

Les publications en série sont classées par pays, puis par ordre alphabétique de titre. Pour la France, un découpage revues nationales – revues régionales a été rajouté.

4. Comment accéder au fonds de la bibliothèque ?

La bibliothèque du SRA est accessible sans rendez-vous au CID de la DRAC Alsace, les lundi, mardi, jeudi et vendredi, de 9h à 12h et de 14h à 17h.

La consultation des publications se fait uniquement sur place.

Services proposés : aide à la recherche, photocopies.

Contact : doc-drac.alsace@culture.gouv.fr

 

Les archives de fouille au Service régional de l’archéologie (SRA) d’Alsace

Véritable mémoire des opérations archéologiques, les archives de fouille se composent de l’ensemble des documents produits au cours de la phase de terrain et lors des études ultérieures, jusqu’à la publication du rapport.

L’arrêté du 16 septembre 2004 (portant définition des normes d’identification, d’inventaire, de classement et de conditionnement de la documentation scientifique et du mobilier issu des diagnostics et fouilles archéologiques) décrit les archives de fouille comme une documentation scientifique se composant de documents graphiques, photographiques, audiovisuels, numériques, écrits, de moulages et empreintes, ainsi que de matériaux naturels et de nature biologique recueillis lors de l’opération.

À la fin de l’opération, l’archéologue classe et inventorie cette documentation puis en annexe la liste au rapport d’opération. Il la verse ensuite au SRA Alsace, qui a la responsabilité de la conserver et la mettre à disposition du public jusqu’à son dépôt définitif aux Archives départementales du chef-lieu de région.

Il faut noter que cet arrêté concerne uniquement les opérations d’archéologie préventive (sondages, évaluation, diagnostic, sauvetage urgent, fouille préventive). Le dépôt de la documentation des fouilles programmées et des découvertes fortuites n’entre pas dans ce cadre réglementaire.

1. Où trouver les archives de fouille ? Un fonds hétérogène

Au SRA Alsace, les archives de fouille se divisent en plusieurs collections, reflet de l’histoire administrative de la région et de l’évolution de la législation en matière de fouilles archéologiques.

1900-1980 : Le fonds ancien du Denkmalarchiv

Particularité alsacienne et mosellane, ces territoires annexés à la fin du 19e s. ont abrité un service du patrimoine, qui a très tôt constitué une collection documentaire décrivant le patrimoine régional : le Denkmalarchiv. Pour l’archéologie, on distingue deux types d’information :

  •  parmi les plans et illustrations figurent des documents directement liés aux fouilles archéologiques, essentiellement du début au milieu du 20e s. Ils sont peu nombreux en regard de l’ensemble du fonds ;
  • plus largement, d’autres documents sont en rapport avec l’archéologie du bâti : plans et relevés, photos de châteaux, d’églises ou d’édifices médiévaux et modernes peuvent aider l’archéologue pour restituer l’évolution architecturale du bâtiment étudié. Les illustrations dépassent le cadre temporel de la gestion allemande de la collection. Ainsi des documents antérieurs ont été acquis lors de la constitution du fonds (certains remontent au 18e s.) ; et par la suite, les services qui ont succédé au Landesamt ont continué à alimenter les dossiers, jusqu’aux années 1980.

1940-1980 : La carte archéologique

  • le Denkmalarchiv possédait aussi des dossiers archéologiques communaux rassemblant la bibliographie concernant les sites sur leur territoire, et parfois de la documentation originale (rapports succints, relevés de terrain, photos, etc.) provenant des opérations de terrain. Ces dossiers papier, datés pour la plupart des années 1940, ont été répartis dans les dossiers de la carte archéologique ;
  • par ailleurs, parmi les opérations postérieures aux années 1940, certaines n’ont pas donné lieu à la publication d’un rapport. Il s’agit souvent de découvertes fortuites, de suivi de travaux, ou d’opérations anciennes. Cette documentation se retrouve également dans les dossiers de la carte archéologique, classés par entité archéologique.

1950-2000 : La documentation des fouilles exécutées et autorisées par le Service régional de l’archéologie

Les archéologues des Circonscriptions, puis Directions régionales des antiquités, et enfin du Service régional de l’archéologie, ont réalisé des fouilles des années 1950 jusqu’au début des années 2000.

Parallèlement, bénévoles, sociétés d’histoire et d’archéologie, Association pour les fouilles archéologiques nationales (AFAN) ont aussi effectué des opérations archéologiques. Les archives de certaines de ces opérations ont fait l’objet d’un dépôt au SRA Alsace.

La documentation résultant de ces opérations est classée et en cours d’inventaire.

Depuis 2000 : La documentation de fouille des opérateurs en archéologie préventive

Depuis le début des années 2000, et suite à la loi sur l’archéologie préventive de 2001-2003, les dépôts d’archives de fouille se sont accrus jusqu’à devenir la règle aujourd’hui, grâce à la collaboration active des opérateurs fouillant dans la région (notamment l’INRAP, le PAIR et ANTEA-Archéologie). En 2006, un système de gestion de la documentation scientifique a été mis en place pour faciliter ce versement. Les archives de chaque opération d’archéologie préventive sont inventoriées à la pièce et conservées à la DRAC Alsace.

Un inventaire rétrospectif des collections anciennes est en cours selon la même méthode par les documentalistes du Service des patrimoines.

2. De quoi se compose un dossier d’archives de fouille ?

Le contenu des archives est très variable d’une opération à l’autre, suivant le type d’opération et l’année à laquelle elle a été réalisée.

En effet, longtemps conservée chez les archéologues, la documentation des fouilles anciennes est souvent éparse, incomplète, quand elle ne fait pas totalement défaut. Néanmoins, d’une manière générale, la documentation s’est étoffée et les dépôts au Service régional de l’archéologie se sont améliorés au fur et à mesure des années.

Le volume du dossier peut aussi différer selon qu’il s’agit d’un diagnostic ou d’une fouille préventive.

La nature des documents est aussi étroitement liée à l’évolution des techniques documentaires et des prises de vues : les supports vont des plaques de verre jusqu’aux fichiers numériques, en passant par les diapositives, les négatifs et tirages argentiques.

Les archives de fouille sont traitées de manière séparée par opération. L’arrêté du 16 septembre 2004 définit 6 catégories dans la documentation scientifique :

  • les documents graphiques (ex : plans, relevés, dessin de mobilier) ;
  • les documents photographiques et audiovisuels (ex : diapositives, photographies argentiques, films super 8 ) ;
  • les documents numériques (ex : photographies numériques, dessins assistés par ordinateur, tableaux-inventaires) ;
  • les documents écrits (ex : carnets de fouille, fiches structures) ;
  • les moulages et empreintes ;
  • les matériaux naturels et de nature biologique recueillis lors de l’opération.

En Alsace, les archives de fouille reprennent principalement les 4 premières catégories. Les moulages et empreintes sont extrêmement rares et les prélèvements et ossements sont gérés de la même manière que le mobilier.

 3. Quel est le mode de classement ?

Les archives sont rangées par opération puis par type de document dans des dossiers selon un cadre de classement défini par le SRA Alsace. Toutefois, les diapositives sont stockées à part dans un soucis de conservation. L’inventaire des documents est réalisé à la pièce selon un système homogène, quel que soit l’opérateur, afin de pouvoir disposer d’une base de données unique.

4. Comment accéder au fonds des archives de fouille ?

Le SRA Alsace est garant de la bonne conservation de ce fonds.

La consultation des archives de fouille se fait sur rendez-vous. Contact : Marie Stahl

La réutilisation de ces documents obéit à certaines contraintes, car ils sont soumis aux droits d’auteurs. Le SRA ne détient pas les droits d’exploitation sur les documents qu’il n’a pas lui-même produit.

La carte archéologique du Service régional de l’archéologie (SRA) Alsace

Depuis une trentaine d’années dans le cadre d’un programme national, le Ministère de la culture et de la communication a engagé un inventaire par communes de tous les sites archéologiques. Conformément à l’article L 522 du code du patrimoine, l’État est chargé d’élaborer et de mettre à jour la carte archéologique nationale, avec le concours des établissements publics ayant des activités de recherche archéologiques et les services des collectivités territoriales. Cette responsabilité repose en premier lieu sur les services déconcentrés du ministère de la culture et de la communication en région (DRAC) et en leur sein sur les services régionaux de l’archéologie (SRA).

Communément appelé  » carte archéologique « , cet inventaire des sites archéologiques constitue la seule base de données, recensant la totalité du patrimoine archéologique connu sur l’ensemble du territoire, des origines à nos jours, à partir de la découverte et de l’étude des vestiges matériels.

C’est un outil d’information et d’aide à la décision, qui permet d’évaluer le potentiel archéologique des communes mais aussi un outil de recherche qui permet aux étudiants et aux différents chercheurs d’effectuer des recherches thématiques ou diachroniques en interrogeant la base des données et en consultant les dossiers communaux. Il s’agit donc d’un inventaire qui se veut exhaustif, en ce qui concerne les informations disponibles, mais qui reste évolutif. L’outil vise à l’exhaustivité de ce qui est connu par les archéologues et à la plus grande précision en matière de localisation, de chronologie et d’interprétation.

1. De quoi se compose la carte archéologique ?

La carte archéologique se compose de deux parties : les dossiers communaux et la base des données Patriarche.

La base de données Patriarche

La base de données Patriarche (PATRImoine ARCHEologique) est alimentée par les données issues de la bibliographie, des fouilles ainsi que des prospections pédestres, aériennes et géophysiques. Cette application nationale est constituée d’un système de gestion de base de données (SGBD) Oracle couplée à un système d’information géographique (SIG) :

Le SGBD : la base de données renferme toutes les informations relatives à l’archéologie régionale, grâce à 5 modules qui sont liés entre eux :

  • le module Entités archéologiques : localisation, chronologie, interprétation, structures, cadre géologique et géomorphologique, renseignements administratifs, avec géoréférencement ;
  • le module Opérations : gestion des opérations archéologiques, avec géoréférencement ;
  • le module Protections : gestion des protections, avec géoréférencement ;
  • le module Sources documentaires : enregistrement des références bibliographiques, iconographiques, graphiques ;
  • le module Répertoire : agenda des personnes et des organismes en relation avec les SRA.

Base Patriarche, module Entités

Le SIG : il permet la gestion et la représentation sur une carte de l’emprise des entités archéologiques, opérations, protections sous la forme de point, cercle, ligne ou polygone.

Localisation des entités archéologiques dans la région de Brumath

Les dossiers communaux

Les dossiers communaux de la carte archéologique contiennent l’ensemble des documents en relation avec la base de données, pour chaque entité archéologique.

Chaque dossier communal est constitué de 3 parties :

  • le dossier généralités : où on trouve un extrait de la carte de localisation et une liste récapitulative des entités archéologiques, ainsi que la documentation générale de la commune ;
  • dans le dossier des entités archéologiques sont placés les chemises avec la documentation par site : fiche d’entité, bibliographie, photocopies de références bibliographiques, parfois photos ou documents de fouille, correspondance, dossier communal du Denkmalarchiv ;
  • enfin, le dossier protection avec les documents concernant les protections archéologiques.

2. Quel est le mode de classement ?

Les dossiers communaux sont classés de manière géographique par département, puis par ordre alphabétique de commune.

À l’intérieur de chaque dossier communal, les dossiers d’entités sont rangés par numéro, généré par la base Patriarche, selon la formule suivante :

n° INSEE commune + numéro d’ordre à 4 chiffres

ex : 67482 0001 : 1ère entité de la commune 67482 (Strasbourg).

3. Comment consulter la carte archéologique ?

La carte archéologique est consultable sur rendez-vous dans les locaux du SRA Alsace au 2e étage de la DRAC Alsace.

Contact : Georges Triantafillidis, Anny Bartoletti

Doc et patrimoine DRAC Alsace

L’objet de ce carnet est de proposer aux structures partenaires (universités, archives, musées, associations, etc.) un espace d’échanges scientifiques et techniques autour des questions liées au patrimoine régional et à sa documentation, en prenant comme point de départ le fonds documentaire du Service des patrimoines de la DRAC Alsace (cf présentation du carnet).

Ce site abordera le thème  » patrimoine et documentation  » selon deux axes principaux :
– valorisation du patrimoine régional, en partant du fonds documentaire propre au Service des patrimoines ;
– réflexions d’ordre méthodologique sur les sources non publiées (archives de chercheurs, collections patrimoniales, sources manuscrites, etc.).

Les contacts pourront englober le Rhin supérieur, du fait des échanges déjà existants entre la DRAC Alsace et les services patrimoniaux d’Allemagne et de la Suisse.