Archives de l’auteur : Cécile Courtaud

Document du mois : octobre 2014

Plan du château et des bâtiments du Landskron. 1764

« Salut, joyau de l’Alsace, Couronne du pays, gardien vigilant, qui as entendu gronder si souvent l’orage des révolutions et des invasions à la porte de notre beau pays ! Ton pendant, le Hohenbourg ou, comme le veulent d’autres, le Trifels, a veillé moins longtemps que toi. Tu t’es affaissé pour te relever plus puissant que jamais, mais pour expirer enfin à l’entrée du pays, à l’entrée aussi de notre siècle si agité. Salut !

… »La voilà, cette vieille Couronne du pays perchée sur un contrefort du Jura, entre Bâle et Ferrette, et silhouettant ses maçonneries lourdes, mais imposantes encore, sur le bleu du ciel ! … La montée au Landskron est peu pénible. Arrivé au sommet, on reste surpris à la vue des travaux de Vauban assez bien conservés ; mais toute l’admiration se concentre sur le donjon, perché sur le roc et sur l’emplacement d’une vigie romaine. Chose remarquable : ce gros donjon carré aux angles arrondis, qui a d’abord servi de demeure au châtelain, forme un noyau qui résiste mieux au temps que toutes les dépendances bien plus récentes.

Mais pénétrons dans le burg. Ce ne sont partout, autour d’une cour gazonnée où viennent s’ébattre Alsaciens et Suisses le dimanche, que murs informes, bastions renversés, casemates éventrées et courtines ébréchées. La poudre a passé par là, jetant pêle-mêle dans les fossés les constructions du moyen âge et les travaux de Vauban ».

C’est ainsi que le château du Landskron est décrit par Émile Wagner1 au tout début du XXe siècle dans « Ruines des Vosges : étapes d’un touriste ».

L'Alsace photographiée. Auteur : Adolphe Braun, 1859. Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, FOL-VE-162

L’Alsace photographiée. Auteur : Adolphe Braun, 1859. Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, FOL-VE-162

 Les origines du château

La forteresse du Landskron est érigée à 540 m d’altitude sur les pentes d’une colline du Sundgau, à la lisière de la frontière franco-suisse. Les origines du château primitif sont incertaines. Il aurait été bâti vers 1296-1297 par les Münch appartenant à la noblesse de Bâle. Très rapidement, le château fait l’objet de rivalités, mais les Münch s’adjoignent l’aide des barons de Rötteln et gardent les droits de propriétés face aux Vitzhum et aux comtes de Ferrette. Le château passe finalement aux mains des Reich de Reichenstein en 1461. Le grand tremblement de terre attesté à Bâle en 1356 avait fortement endommagé le Landskron ainsi que le Rheineck qui sera laissé à l’état de ruines. Ce n’est qu’au début du XVIe siècle, alors que la région est dominée par les puissances suisses et autrichiennes que le Landskron prend de l’importance. Il va devenir une forteresse moderne pour contrer les menaces des Confédérés. Ainsi en 1516, Maximilien 1er de Habsbourg fait renforcer l’édifice pour adapter sa défense aux nouvelles armes notamment à l’emploi du boulet en fonte2. L’empereur permet alors la réutilisation des ruines du Rheineck qui s’élevait en contrebas et l’ancienne tour d’habitat médiévale est transformée en plate-forme d’artillerie.

 

Landskron. Editeur : Ch. Riegel, 1650. Source Gallica.bnf.fr / BNU de Strasbourg, NIM00584

Landskron. Editeur : Ch. Riegel, 1650. Source gallica.bnf.fr / BNU de Strasbourg, NIM00584

Jusqu’en 1670, l’édifice ne subit pas de transformation architecturale notable. Au cours de la Guerre de Trente Ans, le château est remis au duc Bernhard de Saxe-Weimar. En 1648, à la signature des traités de Westphalie, la part autrichienne du château revient à la couronne de France qui achète ensuite la partie badoise en 1663. Enfin, en 1665 les droits des Reichenstein revinrent également à la France. Étant donné la situation stratégique du Lansdkron, Louis XIV souhaite en faire une place fortifiée pour contrôler la frontière et il charge Vauban de restructurer la forteresse afin d’en faire une garnison3. Dans les années 1690, d’importants travaux de fortification sont réalisés d’après les plans de Vauban. Deux bastions en étoile côté Sud et des redoutes défensives sur la crête de la colline à l’Est et à l’Ouest sont adjoints au château primitif. Une nouvelle chapelle est également construite. Jusqu’au début du XIXe siècle, la forteresse est tenue par une compagnie d’invalides chargée d’assurer un service de place, c’est-à-dire l’entretien du matériel de guerre, piquets de garde, etc.4. À dater de 1789, le Landskron sert de prison d’État pour les prisonniers par lettre de cachet5.

Une fois la place forte d’Huningue érigée, le Landskron perd de son importance et le château est pris le 24 décembre 1813 par les Autrichiens et les Bavarois alliés contre Napoléon Ier. En février 1814, la forteresse est incendiée et en grande partie démantelée, seul le donjon est épargné. La ruine est actuellement entretenue par l’association « Pro Landskron »6.

La redécouverte du plan de 1764

C’est au cours d’une campagne de numérisation du Denkmalarchiv menée au STAP du Haut-Rhin à Colmar, que l’équipe de documentation a redécouvert ce document à caractère exceptionnel dans le fonds du Denkmalarchiv. Il s’agit d’un Plan du château et des bâtiments du Landskron daté de 1764 et dont l’auteur est inconnu.

 

Plan du Landskron, 1764, DAR 930 (fonds Denkmalarchiv © DRAC Alsace)

Plan du Landskron, 1764, DAR 930 (fonds Denkmalarchiv © DRAC Alsace)

 

C’est un plan à retombes7, à l’encre de chine et coloré au lavis vert et rouge. Il se présente dans une pochette cartonnée à 5 volets dont les dimensions totales sont de 68 x 179 cm. L’échelle est exprimée en toises. Nous pouvons noter l’orientation particulière du plan, celui-ci est en effet orienté au Sud.

OuvreDoc_0-2retombeAR_Tps0-5

Il est constitué du plan d’ensemble du château fortifié avec ses différents niveaux ainsi que des plans des dépendances :

de gauche à droite :

Légende du plan du rez-de chaussée ;

Plan du château ;

Plan de la maison du jardin du commandant du château du Landskroon située au sud du glacis ouest ;

Plan de la buanderie et logement du fontainier du Roy située au pied du glacis du château.

Légende du plan du Landskron, 1764 et transcription de la légende (fonds Denkmalarchiv © DRAC Alsace)

Légende du plan du Landskron, 1764 et transcription de la légende (fonds Denkmalarchiv © DRAC Alsace)

Le château a été construit sur un piton rocheux de calcaire ayant servi pour les fondations de l’ancienne tour d’habitation. Le donjon (tour d’habitation primitive Y), à l’Ouest, comprenait deux souterrains voûtés et avait été transformé en plate-forme d’artillerie à créneaux avec des murs allant jusqu’à 7 m d’épaisseur. Une tour ronde accolée au donjon servait de prison, tandis qu’une seconde tour à créneaux se dressait à l’Est (P). La tour centrale (Z, 103, 104) flanquée de deux bastions en angles saillants érigés pour protéger le flanc Sud (H, I), abritait des souterrains voûtés, une salle d’armes, un magasin de mèches, une chambre pour ensevelir les morts, une chambre d’officier, des chambres de soldats et des prisons. La tour (P) servait initialement de poudrière, toutefois la proximité des bâtiments risquait d’endommager les logements. Le magasin à poudre (122) fut déplacé au-delà du donjon au milieu du XVIIIe siècle8. Une cour intérieure (V) desservait la tour (Z) et le donjon (Y). Une cour extérieure (O) desservait les logements du commandant et des officiers. Les deux redoutes ( A, B, C, D) étaient reliées par des tranchées en partie couvertes.

La place était restreinte pour toute la garnison qui pouvait compter environ 250 hommes (le gouverneur et sa famille, deux compagnies d’invalides, des artilleurs et magasiniers, un chirurgien-major, des cantiniers, des prisonniers, etc.9). Les écuries (118) ont été en partie placées en dehors des portes. La nécessité de renforcer la défense avec la construction de murs épais en faisait une forteresse austère et peu confortable.

Sur les traces du plan du Landskron

Comme nous l’avons évoqué plus haut, ce plan du Landskron provient du fonds du Denkmalarchiv, conservé pour partie au STAP du Haut-Rhin. Plusieurs tampons marquent le document : celui du STAP est situé à deux endroits, sous la légende et en bas à droite du plan d’ensemble. Les autres tampons figurent en bas du plan des dépendances, il s’agit des tampons du Denkmalarchiv à différentes époques et de celui de la Kaiser Universitäts- und Landesbibliothek, l’actuelle BNU de Strasbourg.

Si l’on se réfère au cartel n° 930 du Denkmalarchiv10, le plan du Landskron est propriété de la Kaiser Universitäts- und Landesbibliothek.

Cartel n° 930 du plan du Landskron (fonds Denkmalarchiv © DRAC Alsace)

Cartel n° 930 du plan du Landskron (fonds Denkmalarchiv © DRAC Alsace)

Un autre plan proposant une vue d’ensemble plus large est présent dans le fonds Denkmalarchiv. Il s’agit d’un plan non daté (XVIIIe siècle selon le cartel n° 933, encre et lavis couleurs) et non signé, provenant également de la Kaiser Universitäts- und Landesbibliothek. Le graphisme est assez proche du précédent : jeux d’ombres, stylisation de la végétation alentour. La rose des vents est ici correctement orientée.

Landskron, 18e siècle, DAR 933 (fonds Denkmalarchiv © DRAC Alsace)

Landskron, 18e siècle, DAR 933 (fonds Denkmalarchiv © DRAC Alsace)

Dans le Bulletin de la Société pour la conservation des monuments historiques d’Alsace de 1866, il est fait mention de plusieurs plans du Landskron : « Le vice-président dépose sur le bureau du comité, au nom de M. Litzler, curé de Leymen et membre de la Société, un très-beau dessin à la plume représentant le château de Landskron, tel qu’il existait en 1754, et deux plans détaillés de ce même château, de 1764 ». Puis « M. le baron de Schauenburg rend compte de l’examen auquel il a soumis le plan et le dessin du château de Landskron, communiqués par M. Litzler, curé de Leymen, et qui lui avaient été renvoyés à la dernière séance. Le plan accuse, de la part de son auteur, une main habile et exercée, et représente les fortifications avec une rigoureuse exactitude »11. On apprend plus loin que les documents seront déposés dans les archives de la Société.

Copie du plan du Landskron faite à Leymen en 1864 par Bertelé. Archives départementales du Haut-Rhin.

Copie du plan du Landskron faite à Leymen en 1864 par Bertelé. Archives départementales du Haut-Rhin.

Une partie du fonds de la Société pour la conservation des monuments historiques d’Alsace a été versée aux Archives départementales du Haut-Rhin12 et les documents cités dans le Bulletin de la Société sont mentionnés dans l’inventaire de la série 4 T 24 : « 2 dessins noir et blanc et 1 dessin couleurs du château du Landskron, copie d’un plan de 1764 du château, dessin noir et blanc de 1754 du même château et carte de 1767 des environs du château »13.

Landskron (copie d'après le plan de 1764), DAR 4426-4427 (fonds Denkmalarchiv © DRAC Alsace). Document publié par F. Wolff en 1905 dans "Elsässisches Burgen-Lexikon" et par F. G. Iwand dans "Die Burgen des Elsässischen Juras".

Landskron (copie d’après le plan de 1764), DAR 4426-4427 (fonds Denkmalarchiv © DRAC Alsace). Document publié par F. Wolff en 1905 dans « Elsässisches Burgen-Lexikon » et par F. G. Iwand dans « Die Burgen des Elsässischen Juras ».

Nous constatons ainsi que les plans « voyageaient » et que les fonds d’archives ont pu être dispersés. Les documents accumulés par la Société pour la conservation ont pour partie alimenté le fonds initial du Denkmalarchiv14. Il en est de même pour des documents qui à l’origine appartenaient à la Kaiser Universitäts- und Landesbibliothek.

L’art  des cartographes

Plan du château de Landscroon. Extrait du Recueil des plans des places du Royaume, divisées en provinces, faits en l'an 1693. Source Gallica.bnf.fr / BNF, département Cartes et plans, GE DD-4585 (1, RES)

Plan du château de Landscroon. Extrait du Recueil des plans des places du Royaume, divisées en provinces, faits en l’an 1693. Source gallica.bnf.fr / BNF, département Cartes et plans, GE DD-4585 (1, RES)

Il apparaît clairement qu’une série de plans du Landskron a été réalisée à quelques années d’intervalle. Le plan à retombes s’inscrit dans la lignée de cette production exceptionnelle des cartes et plans dressés XVIIe et XVIIIe siècles par les ingénieurs du roi. Dès le XVIe siècle, les ingénieurs accompagnent le prince ou le chef des armées en temps de guerre. Ils prodiguent leurs conseils pour entreprendre les sièges mais sont également chargés de lever des cartes dans le but d’implanter les fortifications et de mener l’armée par les chemins repérés15. C’est au temps de Louis XIV, sous la direction successivement de Jean-Baptiste Colbert, Louvois, puis Le Peletier de Souzy assisté de Vauban, qu’un vaste programme de fortifications du royaume s’élabore. En 1691, le département des « fortifications des places de terre et de mer » voit le jour. Un « bureau des fortifications » est installé à Paris et des ingénieurs hautement qualifiés ainsi que des commis issus de la Guerre et de la Marine, constituent une mémoire de l’administration des grands travaux menés par le roi16.

Malgré la création du corps des ingénieurs des Ponts et chaussées en 1716, les ingénieurs des Fortifications contrôlent les travaux d’aménagement du territoire dans les zones frontières. Face aux progrès de l’artillerie, les fortifications doivent être mises à niveau régulièrement et les ingénieurs, qui à compter de Louis XV relèvent du secrétariat d’État à la Guerre, élaborent des cartes et des reconnaissances préalables aux travaux. Des projets sont transmis par les directeurs des provinces tous les ans et peuvent être accompagnés de mémoires que chaque ingénieur est libre d’envoyer pour la perfection du génie17. Sous l’impulsion de Colbert et Vauban, les ingénieurs vont lier « discours et dessins ». Cette méthode de travail préfigure les atlas des places qui verront le jour à la demande du duc d’Aiguillon alors ministre de la Guerre. Celui-ci envoie une lettre le 7 mars 1774 aux directeurs des places afin « de former un atlas pour chacune des places du royaume dont une copie sera déposée au bureau des Fortifications et l’autre chez le directeur des fortifications de chaque département »18. Durant la seconde moitié du XVIIe siècle, des règles coutumières vont être dégagées en même temps que des progrès importants comme le collationnement des plans en atlas, le regroupement de cartes de villes fortes et des conventions pour représenter les reliefs19. L’objectif et la forme des plans et mémoires seront précisément définis par les treize articles de la lettre du duc d’Aiguillon : trois plans principaux à lever, rappel des valeurs des couleurs, cotes et nivellement, mémoires et états statistiques sur la fortification, la frontière, la situation géographique mais aussi la situation économique de la place et de ses environs.

Copie de la lettre du duc d’Aiguillon aux directeurs des fortifications, 7 mars 1774.

L’École royale du génie de Mézières (1748), créée pour dispenser une formation plus académique aux ingénieurs, puis les directives du duc d’Aiguillon vont ainsi uniformiser la production des cartes et plans.

C’est dans ce cadre qu’ont été dressés les Atlas de Huningue et du château du Landskron en 1775 par par Antoine Norbert d’Artus, ingénieur en chef à Huningue20. En une décennie, les ingénieurs vont constituer la série des Atlas des places, atlas manuscrits conservés à la Bibliothèque du génie au Service historique de la Défense à Vincennes (SHD).

Recueil_legende_gallica

Recueil de plans et mémoires relatifs au château de Landskroon, où l'on fait connoitre sa position, son relief, son étendue, sa capacité et tout ce qui a rapport à sa deffense, ainsy qu'aux moyens dont on pouroit user pour en augmenter les avantages, conformément à la lettre du Ministre du 7 mars 1774. Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale et universitaire, Strasbourg, Ms.1.036

Recueil de plans et mémoires relatifs au château de Landskroon, où l’on fait connoitre sa position, son relief, son étendue, sa capacité et tout ce qui a rapport à sa deffense, ainsy qu’aux moyens dont on pouroit user pour en augmenter les avantages, conformément à la lettre du Ministre du 7 mars 1774. Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale et universitaire, Strasbourg, Ms.1.036

Des documents concernant le Landskron (1687-1814) sont conservés dans la série des Places abandonnées ( VH 2230) et dans la série Casernement (1 VI 22) au SHD de Vincennes21.

Un Atlas des places d’Alsace22 avait déjà vu le jour en 1715, il est établi par Jacques-Philippe Mareschal et comporte 46 folios, dont un mémoire abrégé sur la province, une série de 19 plans parmi lesquels le Landskron. Dans son ouvrage, Anne Blanchard rappelle la qualité de cet atlas et son caractère novateur ouvrant la voie à une formule globale et synthétique sur l’ensemble des places d’une direction régionale23.

 

Nous observions plus haut le caractère exceptionnel du plan du Landskron conservé dans le fonds du Denkmalarchiv. Nous avons vu que ce plan réalisé dans un contexte militaire et destiné à une diffusion très restreinte, répondait aux normes de représentation du XVIIIe siècle et, de quelle manière il venait nourrir la production des Atlas des places.

Le fonds du Denkmalarchiv, tel qu’il nous est parvenu aujourd’hui, réuni des dizaines de milliers de documents parmi lesquels de nombreuses photographies, des relevés, des plans, mais aussi des dessins, des aquarelles, etc. dont certains sont de qualité remarquable. Ce fonds illustre la volonté de documenter les édifices et le patrimoine alsacien à l’aide de réalisations non seulement représentatives mais aussi qualitatives, comme la présence du plan du Landskron peut encore en témoigner.

 

(1) WAGNER Émile. Ruines des Vosges : étapes d’un touriste. Strasbourg : Imprimerie alsacienne, 1900.

 (2) QUIQUEREZ A. “Landskron, suite et fin”. In : Revue d’Alsace, 1866, 17, p. 273-281.

 (3) QUIQUEREZ. Op. cit.

 (4) REINACH-HIRTZBACH M. de. “La vie du Landscron au XVIIIe siècle”. In : Société d’Histoire et du Musée de la ville et du canton de Huningue, 1973, 21, p. 23-49.

 (5) REINACH-HIRTZBACH M. de. “Le Landscron, prison d’État”. In : Société d’Histoire et du Musée de la ville et du canton de Huningue, 1971, 19, p. 81-88.

 (6) “L’association Pro Landskron”. In : Châteaux forts d’Alsace, 1999, 3, p. 109-110.

PRO LANDSKRON. Le Landskron : une balade à travers les ruines et l’histoire. Leymen : Association Pro Landskron, 1996.

 (7) Retombe : feuille collée par sa lisière sur une partie d’un dessin d’architecture et portant un projet de transformation ou une variante.

 (8) REINACH-HIRTZBACH M. de. Op. cit., 1973.

 (9) D’après un Mémoire concernant le château dans l’estat qu’il est, rédigé par Antoine Du Portal, 1717. BNF, fr. 23034, fol. 10.

 (10) Chaque document entré dans le fonds du Denkmalarchiv a été inventorié. Le numéro d’inventaire est reporté sur le document même et renvoi à une fiche afférente.

 (11) Bulletin de la Société pour la conservation des monuments historiques d’Alsace, IIe série, cinquième vol. (1866-1867). Paris, Strasbourg : Veuve Berger-Levrault et Fils, 1868, p. 3, 8 et 15.

 (12) Fonds de la Société pour la conservation des monuments historiques d’Alsace, 1862-1869, conservé aux Archives départementales du Haut-Rhin.

 (13) D’après M. de Reinach, le plan de 1767 aurait été dressé par d’Artus. Cf. Op. cit., 1973.

 (14) SCHNITZLER Bernadette. “La Société pour la conservation des Monuments Historiques d’Alsace et le Club Vosgien”, 2013. URL : < http://docpatdrac.hypotheses.org/jep-2013/jep2013-4-scmha-club-vosgien >

SCHNITZLER Bernadette. La passion de l’Antiquité : six siècles de recherches archéologiques en Alsace. Strasbourg : Société savante d’Alsace, 1998.

 (15) BLANCHARD Anne. Les ingénieurs du « Roy » de Louis XIV à Louis XVI : étude du corps des fortifications. Montpellier : Université Paul-Valéry, 1979, p. 402.

 (16) SALAT Nicole. Le dépôt des fortifications et ses archives, 1660-1940. Archives du génie. Répertoire numérique détaillé de la sous-série 1 V du Service Historique de la Défense. Paris : Archives de la Défense, 2011, p. 22.

 (17) SALAT Nicole. Op. cit., p. 24.

 (18) BLANCHARD Anne. Op. cit., p. 408.

 (19) LACROCQ Nelly. Atlas des Places Fortes de France (1774-1788). Vincennes : Atelier d’impression de l’armée de terre, 1981, p.II.

 (20) MUNCH Paul-Bernard. Les Atlas de Huningue & du château du Landskron (1775) : plans et mémoires d’Antoine Norbert d’Artus, transcrits et annotés. Sierentz : Société historique de Huningue-Village-Neuf et de la région Frontalière, 2007.

 (21) Cf. le répertoire du dépôt des fortifications, SALAT Nicole, Op. cit., 2011, p. 280 et 284.

 (22) L’Atlas des places d’Alsace (Atlas 115, Forts d’Alsace), est conservé à la Bibliothèque du génie, SHD, Vincennes.

 (23) BLANCHARD Anne. Op. cit., p. 408.

Le document du mois : février 2013

La place du son dans les fouilles archéologiques

Par Cécile Courtaud, Soline Morinière et François Schneikert

Le Service régional de l’archéologie est destinataire des documents papiers et numériques produits lors des diagnostics et des fouilles archéologiques préventives réalisées par les opérateurs archéologiques de la région, à savoir principalement Antéa-Archéologie, l’INRAP (Institut national de recherches archéologiques préventives) et le PAIR (Pôle d’archéologie interdépartemental rhénan).
Parmi ces archives de fouilles, nous conservons quelques documents sous des formats peu courants, tels que des fichiers mp3 correspondant à des enregistrements sonores pris sur le terrain. Cette pratique, si peu répandue dans le monde de l’archéologie, amène avec elle un flot d’interrogations : dans quel contexte les archéologues optent pour l’enregistrement sonore ? De quelle manière sont utilisés ces enregistrements ? Se substituent-ils à d’autres documents ? Quelle est l’efficacité de cette méthode ?

L’exemple que nous présenterons ici est celui du diagnostic réalisé par le PAIR à Obernai sur le site du Parc d’activités économiques intercommunal (PAEI). Cette intervention s’est déroulée du 26 mars au 27 avril 2012, sous la direction de l’archéologue François Schneikert. La surface couverte par le diagnostic était conséquente – 15,3 ha – portant le nombre de sondages à 396. Au cours de cette intervention, François Schneikert a enregistré 86 bandes sonores. Il nous a fait part des raisons qui ont motivé ce choix :

« L’idée de procéder à l’enregistrement des structures à l’aide d’un dictaphone m’est venue lors de la réalisation d’un diagnostic archéologique où les conditions météorologiques étaient particulièrement exécrables et au cours duquel les enregistrements classiques sur papier devenaient compliqués. A cela, s’ajoutait naturellement les impératifs de délais à respecter.
Par la suite cette méthode d’enregistrement audio a été adoptée dans les cas extrêmes (cf. ci-dessus) ou quand l’abondance des structures ne permettait pas un enregistrement classique dans le temps imparti. Avec le temps, la méthode s’est affinée sans pour autant être systématiquement utilisée.

Pour les structures simples et les structures complexes couplées avec des relevés photographiques, ce mode d’enregistrement s’avère suffisant.
Au cours de la phase d’exploitation des données, toutes les informations ainsi enregistrées sont retranscrites dans un inventaire des structures normalisé. Dans cette perspective, au moment de l’enregistrement audio, la description des structures est ordonnée et calquée en fonction des champs à compléter dans l’inventaire afin que la transcription des données se fasse logiquement. Toujours dans cette perspective, au moment de l’enregistrement audio, le débit de parole est adapté et ponctué afin d’avoir le temps nécessaire à la transcription sans avoir à réécouter l’enregistrement.

En soi, cette manière de procéder n’est pas une innovation, il ne s’agit que de l’application à l’archéologie d’une méthode déjà largement usitée, notamment dans le milieu médical. »

Nous vous proposons ci-dessous le fichier audio décrivant la ST 125, avec en regard la prise de vue correspondante.

Enregistrement sonore : description de la st. 125 silo subcirculaire (auteur : Schneikert, François, 2012)

Structure 125 : silo subcirculaire, Obernai, PAEI (auteur : Schneickert, François, 2012)

Structure 125 : silo subcirculaire, Obernai, PAEI (auteur :  Schneikert, François, 2012)

Si cette pratique de l’enregistrement sonore sur le terrain est exceptionnelle en archéologie, d’autres disciplines, comme l’ethnologie par exemple, l’utilisent bien plus fréquemment.

Certaines structures renferment des fonds sonores importants. Ainsi, la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH) de l’Université d’Aix-Marseille, qui possède un pôle spécialisé en image, son et pratiques numériques en sciences humaines et sociales (SHS), propose en ligne le catalogue de la phonothèque. Celui-ci répertorie les archives audiovisuelles en SHS sur le pourtour méditerranéen.

Pour quelques pistes de réflexion au sujet des archives sonores de la recherche, nous vous renvoyons sur le site des carnets de la phonothèque, ainsi qu’au Bulletin de l’Association française des détenteurs de documents audiovisuels, sonores (AFAS).

Pour une utilisation d’enregistrements sonores en lien avec l’archéologie en tant que discipline scientifique et sur le travail de mémoire de la discipline, voici deux articles :

VETTORI Benjamin. « Un mois avec ceux de l’IFPO« . Carnets de la phonothèque, 20 janvier 2012.

VETTORI Benjamin. « Coopération et échanges au sein de l’IFPO« . Carnets de la phonothèque, 12 mars 2012.

 

 

Le document du mois : janvier 2013

Le mystère de la pyxide du tumulus du Kastenwald : du manuscrit à la revisite des données

Lors du classement du fonds ancien du Service régional de l’archéologie, une série de cinq lettres manuscrites des années 1950 a attiré notre attention. Il s’agit de courriers adressés par M. Charles Bonnet à M. Paul Wernert, directeur de la 3e Circonscription des Antiquités préhistoriques et relatant la découverte d’une pyxide mise au jour dans le tumulus I d’Appenwihr en 1955. Celle-ci, datée du Premier âge du Fer, est conservée au Musée d’Unterlinden à Colmar.


Agrandir le plan

Le tumulus I d’Appenwihr est situé dans la forêt de Kastenwald, entre Colmar et Neuf-Brisach. Il a fait l’objet d’une série de fouilles notamment par Charles Bonnet professeur de l’École normale d’instituteurs de Colmar et archéologue bénévole, accompagné par Madeleine Jehl et par des élèves de l’École normale.

Les cinq lettres écrites entre avril 1954 et décembre 1955, font état de l’avancement des découvertes au sein du tumulus :

«  Vous avez peut-être appris que nous avons commencé à faire des fouilles dans un tumulus des environs de Colmar, plus exactement dans le Kastenwald. Les fouilles ne sont qu’entamées car le tumulus a une trentaine de mètres de diamètre mais de faible hauteur (1m,50) ce qui a peut-être fait qu’il soit passé inaperçu jusqu’à présent « . (extrait de la lettre du 11.04.1954)

L’une des tombes du tumulus a ainsi révélé plusieurs objets dont une pyxide  » très curieuse  » :

Pyxide d’Appenwihr, auteur : O. Zimmermann in « L’Alsace celtique : approche archéologique » /
Centre régional de documentation pédagogique de l’académie de Strasbourg

Croquis de la pyxide, auteur : Charles Bonnet (lettre adressée à M. Paul Wernert le 10.05.1955)

« Dans ce tumulus nous avons dégagé une tombe très intéressante.

Elle contenait une poterie polychrome, des récipients de bronze, une passoire en bronze, une espèce de pommeau en bronze et surtout, et c’est l’essentiel, une pyxide en bois et en bronze.

Nous vous adressons à vous pour une question particulière.

En effet cette pyxide est très curieuse.

À l’intérieur, en A, une certaine quantité de matière : certainement ce qui reste du contenu. Nous cherchons à analyser chimiquement cela.

Nous pensons que la pyxide pourrait être un pot à onguent, le matériel d’un  » guérisseur « , d’un  » sorcier « . En effet sous l’anneau de la poignée, se trouve en bronze massif, une plante stylisée. Nous pensons à la Parisette  » Paris quadrifolia  » ; la ressemblance avec le fruit et les 4 sépales en croix est frappante. Or la parisette était une plante médicinale guérissant les convulsions, l’épilepsie. Vous voyez pourquoi nous pensons à un  » sorcier ».

C’est du roman-feuilleton ! Seule une analyse chimique très méticuleuse est capable de donner une réponse valable « . (extrait de la lettre du 10.05.1955)

Croquis de la poignée de la pyxide, auteur : Charles Bonnet (lettre adressée à M. Jean-Jacques Hatt, datée du 06.05.1955)

 

*

*        *

Les fouilles des deux tertres Appenwihr I et II menées par Charles Bonnet en 1954-1955 ont fait l’objet de plusieurs articles.

La pyxide est longuement décrite dans un article paru autour de 1955 (JEHL Madeleine, BONNET Charles, circa 1955) . Le produit contenu dans la pyxide et conservé précieusement par Charles Bonnet en  » une quantité équivalente à une boîte de Nescafé « , a été analysé chimiquement par M. R. Paris, Professeur de la Faculté de Pharmacie de Paris. Les résultats de ces analyses rendues complexes par l’ancienneté du produit, ont été publiés en 1957 dans Les Cahiers alsaciens d’archéologie, d’art et d’histoire (JEHL Madeleine, BONNET Charles, 1957) . Les analyses ont toutefois démontré qu’il s’agissait d’une matière grasse ressemblant « quelque peu à du beurre de laurier » et ont alors appuyé l’idée que la personne inhumée dans la tombe était un guérisseur. La pyxide serait un récipient à onguents et les objets retrouvés à proximité, en particulier la passoire, auraient pu servir à les confectionner.

Charles Bonnet relève notamment la richesse du décor du couvercle ainsi que la particularité de la poignée en bronze massif.  Il note la rareté d’une telle pyxide en France mais en souligne aussi les similitudes avec des objets conservés à Florence et retrouvés en Étrurie, près de Vetulonia et de Marsiliana. Le décor de la poignée inspiré de la Parisette, plante présente en Alsace mais absente des régions méditerranéennes l’amène à penser que la pyxide est plutôt issue d’une fabrication locale mais influencée par des modèles étrusques.

Il revient sur le décor de la pyxide dans un article paru dans Gallia en 1968, questionnant l’origine alsacienne ou non de l’auteur, au vue de son appropriation particulière des motifs orientalisants qui ornent le couvercle – une frise de lions qu’il avait interprétée avant la restauration de l’objet comme étant un motif de pois germant en lien avec le décor de la poignée (JEHL Madeleine, BONNET Charles, 1968).

  *

*        *

Le statut  du défunt inhumé dans la tombe – dont seul un morceau de côte a été retrouvé – mais aussi son sexe, ont également fait l’objet de plusieurs réflexions. Déjà, en son temps, Charles Bonnet évoquait la possibilité d’une tombe féminine mais il n’avait pu conclure.

Une revisite des données découvertes à Appenwihr I par Anne-Marie Adam en 1997 , aboutit en premier lieu à une datation plus fine de la tombe au Hallstatt C plutôt qu’au Hallstatt D, en comparaison avec les tombes de Vetulonia (ADAM Anne-Marie, 1997). Elle conclue également en une multiplicité probable des origines de la pyxide en revenant notamment sur la poignée comme objet de réemploi (ROLLEY C., 1988). Enfin, elle évoque l’absence d’épée dans la sépulture, objet fréquemment présent dans les tombes aristocratiques. La pyxide serait alors un élément du service de toilette fastueux caractérisant plutôt une tombe féminine.

Le tumulus I d’Appenwihr n’a peut-être pas encore livré tous ses secrets. Ces fouilles marquèrent les débuts de la carrière de Charles Bonnet en tant qu’archéologue. Durant plusieurs années il a su rallier ses étudiants à sa passion, et a pu réaliser de nombreuses opérations archéologiques. Les quelques difficultés qui ont pu jalonner son parcours n’ont semble-t-il pas entamé son enthousiasme pour la discipline :

 » Mais ne soyons pas pessimiste ! En archéologie il faut avoir de la patience ! Quand on fouille pendant de longues séances sans rien trouver il faut aussi en avoir « . (extrait de la lettre du 17.06.1955)

 » Faire un trou énorme pour trouver un morceau d’assiette !!! Une consolation : quand on fouille, on trouve toujours quelque chose. Rien ne passe inaperçu, fut-ce un débris moderne « . (extrait de la lettre du 23.12.1955)

   *

*        *

Bibliographie :

JEHL Madeleine, BONNET Charles. Nos très anciens ancêtres croyaient à l’efficacité des plantes : une pyxide dans un tumulus. In : ? tiré-à-part circa 1955.

JEHL Madeleine, BONNET Charles. Nouvelles fouilles et importantes trouvailles dans la forêt du Kastenwald près de Colmar. In : Cahiers alsaciens d’archéologie d’art et d’histoire, 1957, pp. 19-32.

JEHL Madeleine, BONNET Charles. La pyxide d’Appenwihr (Haut-Rhin). In : Gallia. Tome 26 fascicule 2, 1968, pp. 295-300.

ROLLEY C. Importations méditerranéennes et repères chronologiques. In : Les Princes celtes et la Méditerranée, (Rencontres de l’École du Louvre), Paris, 1988, pp. 96-98.

ADAM Anne-Marie. Nouvelles observations sur le matériel d’importation du tumulus I d’Appenwihr, Haut-Rhin. In : Cahiers alsaciens d’archéologie, d’art et d’histoire. 1997, pp. 5-15.

BONNET Charles, PLOUIN Suzanne, LAMBACH François. Chronologie et structures des tumulus du Kastenwald, Haut-Rhin : relecture des données anciennes et mobilier funéraire inédit. In : Cahiers alsaciens d’archéologie, d’art et d’histoire. 1997, pp. 17-32.