Les archives de fouille au Service régional de l’archéologie (SRA) d’Alsace

Véritable mémoire des opérations archéologiques, les archives de fouille se composent de l’ensemble des documents produits au cours de la phase de terrain et lors des études ultérieures, jusqu’à la publication du rapport.

L’arrêté du 16 septembre 2004 (portant définition des normes d’identification, d’inventaire, de classement et de conditionnement de la documentation scientifique et du mobilier issu des diagnostics et fouilles archéologiques) décrit les archives de fouille comme une documentation scientifique se composant de documents graphiques, photographiques, audiovisuels, numériques, écrits, de moulages et empreintes, ainsi que de matériaux naturels et de nature biologique recueillis lors de l’opération.

À la fin de l’opération, l’archéologue classe et inventorie cette documentation puis en annexe la liste au rapport d’opération. Il la verse ensuite au SRA Alsace, qui a la responsabilité de la conserver et la mettre à disposition du public jusqu’à son dépôt définitif aux Archives départementales du chef-lieu de région.

Il faut noter que cet arrêté concerne uniquement les opérations d’archéologie préventive (sondages, évaluation, diagnostic, sauvetage urgent, fouille préventive). Le dépôt de la documentation des fouilles programmées et des découvertes fortuites n’entre pas dans ce cadre réglementaire.

1. Où trouver les archives de fouille ? Un fonds hétérogène

Au SRA Alsace, les archives de fouille se divisent en plusieurs collections, reflet de l’histoire administrative de la région et de l’évolution de la législation en matière de fouilles archéologiques.

1900-1980 : Le fonds ancien du Denkmalarchiv

Particularité alsacienne et mosellane, ces territoires annexés à la fin du 19e s. ont abrité un service du patrimoine, qui a très tôt constitué une collection documentaire décrivant le patrimoine régional : le Denkmalarchiv. Pour l’archéologie, on distingue deux types d’information :

  •  parmi les plans et illustrations figurent des documents directement liés aux fouilles archéologiques, essentiellement du début au milieu du 20e s. Ils sont peu nombreux en regard de l’ensemble du fonds ;
  • plus largement, d’autres documents sont en rapport avec l’archéologie du bâti : plans et relevés, photos de châteaux, d’églises ou d’édifices médiévaux et modernes peuvent aider l’archéologue pour restituer l’évolution architecturale du bâtiment étudié. Les illustrations dépassent le cadre temporel de la gestion allemande de la collection. Ainsi des documents antérieurs ont été acquis lors de la constitution du fonds (certains remontent au 18e s.) ; et par la suite, les services qui ont succédé au Landesamt ont continué à alimenter les dossiers, jusqu’aux années 1980.

1940-1980 : La carte archéologique

  • le Denkmalarchiv possédait aussi des dossiers archéologiques communaux rassemblant la bibliographie concernant les sites sur leur territoire, et parfois de la documentation originale (rapports succints, relevés de terrain, photos, etc.) provenant des opérations de terrain. Ces dossiers papier, datés pour la plupart des années 1940, ont été répartis dans les dossiers de la carte archéologique ;
  • par ailleurs, parmi les opérations postérieures aux années 1940, certaines n’ont pas donné lieu à la publication d’un rapport. Il s’agit souvent de découvertes fortuites, de suivi de travaux, ou d’opérations anciennes. Cette documentation se retrouve également dans les dossiers de la carte archéologique, classés par entité archéologique.

1950-2000 : La documentation des fouilles exécutées et autorisées par le Service régional de l’archéologie

Les archéologues des Circonscriptions, puis Directions régionales des antiquités, et enfin du Service régional de l’archéologie, ont réalisé des fouilles des années 1950 jusqu’au début des années 2000.

Parallèlement, bénévoles, sociétés d’histoire et d’archéologie, Association pour les fouilles archéologiques nationales (AFAN) ont aussi effectué des opérations archéologiques. Les archives de certaines de ces opérations ont fait l’objet d’un dépôt au SRA Alsace.

La documentation résultant de ces opérations est classée et en cours d’inventaire.

Depuis 2000 : La documentation de fouille des opérateurs en archéologie préventive

Depuis le début des années 2000, et suite à la loi sur l’archéologie préventive de 2001-2003, les dépôts d’archives de fouille se sont accrus jusqu’à devenir la règle aujourd’hui, grâce à la collaboration active des opérateurs fouillant dans la région (notamment l’INRAP, le PAIR et ANTEA-Archéologie). En 2006, un système de gestion de la documentation scientifique a été mis en place pour faciliter ce versement. Les archives de chaque opération d’archéologie préventive sont inventoriées à la pièce et conservées à la DRAC Alsace.

Un inventaire rétrospectif des collections anciennes est en cours selon la même méthode par les documentalistes du Service des patrimoines.

2. De quoi se compose un dossier d’archives de fouille ?

Le contenu des archives est très variable d’une opération à l’autre, suivant le type d’opération et l’année à laquelle elle a été réalisée.

En effet, longtemps conservée chez les archéologues, la documentation des fouilles anciennes est souvent éparse, incomplète, quand elle ne fait pas totalement défaut. Néanmoins, d’une manière générale, la documentation s’est étoffée et les dépôts au Service régional de l’archéologie se sont améliorés au fur et à mesure des années.

Le volume du dossier peut aussi différer selon qu’il s’agit d’un diagnostic ou d’une fouille préventive.

La nature des documents est aussi étroitement liée à l’évolution des techniques documentaires et des prises de vues : les supports vont des plaques de verre jusqu’aux fichiers numériques, en passant par les diapositives, les négatifs et tirages argentiques.

Les archives de fouille sont traitées de manière séparée par opération. L’arrêté du 16 septembre 2004 définit 6 catégories dans la documentation scientifique :

  • les documents graphiques (ex : plans, relevés, dessin de mobilier) ;
  • les documents photographiques et audiovisuels (ex : diapositives, photographies argentiques, films super 8 ) ;
  • les documents numériques (ex : photographies numériques, dessins assistés par ordinateur, tableaux-inventaires) ;
  • les documents écrits (ex : carnets de fouille, fiches structures) ;
  • les moulages et empreintes ;
  • les matériaux naturels et de nature biologique recueillis lors de l’opération.

En Alsace, les archives de fouille reprennent principalement les 4 premières catégories. Les moulages et empreintes sont extrêmement rares et les prélèvements et ossements sont gérés de la même manière que le mobilier.

 3. Quel est le mode de classement ?

Les archives sont rangées par opération puis par type de document dans des dossiers selon un cadre de classement défini par le SRA Alsace. Toutefois, les diapositives sont stockées à part dans un soucis de conservation. L’inventaire des documents est réalisé à la pièce selon un système homogène, quel que soit l’opérateur, afin de pouvoir disposer d’une base de données unique.

4. Comment accéder au fonds des archives de fouille ?

Le SRA Alsace est garant de la bonne conservation de ce fonds.

La consultation des archives de fouille se fait sur rendez-vous. Contact : Marie Stahl

La réutilisation de ces documents obéit à certaines contraintes, car ils sont soumis aux droits d’auteurs. Le SRA ne détient pas les droits d’exploitation sur les documents qu’il n’a pas lui-même produit.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *