Le document du mois : juin 2013

L’abbaye de Niedermunster à Saint-Nabor : parcours d’un monument emblématique à travers les fonds du Service des patrimoines

On parle le plus souvent de l’abbaye du Hohenbourg sur le Mont-Saint-Odile ; cependant, en s’intéressant de plus près à l’histoire de l’abbaye de Niedermunster, on découvre qu’elle fait véritablement date dans l’histoire de l’Alsace de sa création au VIIIe siècle à nos jours. À ce titre, une abondante documentation sur ce site figure dans les fonds patrimoniaux de la DRAC Alsace , fournissant au chercheur les différents points de vue artistique, historique, archéologique, qui ancrent pleinement ce site dans le patrimoine local.

Vue de l'abbaye de Niedermunster et du Hohenbourg. Aquarelle, auteur : Rehm, 1816, d'après une gravure de Weiss, 1781 (fonds Denkmalarchiv)

Vue de l’abbaye de Niedermunster et du Hohenbourg. Aquarelle, auteur : Rehm, 1816, d’après une gravure de Weiss, 1781 (fonds Denkmalarchiv)

Une brève histoire de l’abbaye

La naissance de l’abbaye de Niedermunster est liée à celle du Hohenbourg au sommet du Mont-Saint-Odile. En effet, Adalric (ca 635-690), duc d’Alsace, fonde l’abbaye du Hohenbourg, dont sa fille, Odile, deviendra plus tard l’abbesse. La sainte (669- 720) aurait décidé de construire une église dédiée à saint Martin et une hôtellerie dans la vallée pour éviter aux fidèles trop faibles d’entamer l’ascension du mont. De même, en raison du nombre croissant de nonnes établies à Hohenbourg, elle y adjoindra une abbaye.

À cette fondation s’ajoute la légende de la croix reliquaire de Niedermunster : Hugues, descendant de Adalric, aurait été injustement condamné à mort par Louis le Pieux, alors empereur, mais, grâce aux reliques de la Passion que Charlemagne lui avait offert, ses bourreaux n’ont pu l’exécuter. L’empereur reconnaît son erreur, réhabilite le duc et lui offre les reliques qui lui ont sauvé la vie. Hugues les enchâsse alors dans une croix, sa femme y joint deux bibles et un évangéliaire richement ornés. Cette croix est portée par un chameau, escorté par cinq chevaliers bourguignons qui remettront le chargement aux religieuses de Niedermunster. La renommée de cette relique est telle, que le roi Richard Cœur de Lion, lui-même, serait venu se prosterner devant elle (1) . Le destin de la fameuse croix sera d’être fondue en 1753.

Tête de chameau. Photographie de J. Manias, 1903, reproduisant une esquisse de Hans Baldung Grien datant de 1512, qui servit probablement de projet à la verrière de la Légende de la Croix.

Tête de chameau. Photographie de J. Manias, 1903, reproduisant une esquisse de Hans Baldung Grien datant de 1512, qui servit probablement de projet à la verrière de la Légende de la Croix (fonds Denkmalarchiv)

Reproduction d'un original de Hans Baldung Grien datant de 1512, projet pour la verrière de la Légende de la Croix (fonds Denkmalarchiv).

Reproduction d’un original de Hans Baldung Grien datant de 1512, projet pour la verrière de la Légende de la Croix de l’hôtel de ville d’Obernai (fonds Denkmalarchiv)

 

À sa création, l’abbaye de Niedermunster dépend de celle du Hohenbourg. En 1017, l’Empereur Henri II confirme les privilèges de la libre élection de l’abbesse, et consacre l’abbatiale à sainte Marie et sainte Gundelinde. Ainsi, Niedermunster ne dépend plus de Hohenbourg, et se développe de façon autonome.

En 1155, après son accession au trône impérial, Frédéric Barberousse fait restaurer le monastère. On reconstruit la nouvelle abbatiale sur les ruines de la précédente qui est consacrée en 1180 par Garsedonius, évêque de Mantoue et légat du Pape. L’abbaye connaît une période de prospérité du XIIe au XIIIe siècle.

Pourtant, le XVIe siècle sonne le glas du complexe : tout d’abord, en 1525, lors des Guerres des Paysans (2), l’abbaye est endommagée. Puis un incendie détruit une partie du complexe en 1540. En 1546, le monastère est supprimé et les biens sont remis à l’évêché de Strasbourg. Certains bâtiments sont restaurés mais en 1572, l’abbaye est frappée par la foudre, ce qui provoque un nouvel incendie dévastateur. L’abbaye ne sera jamais remise à l’état et, jusqu’au XIXe siècle, les ruines servirent de carrière, dans laquelle on pouvait se servir sans que personne ne soit inquiété. Ainsi les pierres de l’abbaye servirent à la construction d’une ferme sur les ruines du couvent, pour les fortifications de Benfeld, ou pour l’église d’Erstein. (1)

Plan de l'abbaye d'après un dessin de A. Dannegger, 1751 (fonds Denkmalarchiv)

Plan de l’abbaye d’après un dessin de A. Dannegger, 1751 (fonds Denkmalarchiv)

 

D’après Burlet-Plan (1), ce plan met l’accent sur les légendes liées à la sainte, sans chercher à restituer la réalité des vestiges en place :

  • a) au nord, il localise les trois tilleuls que sainte Odile aurait planté au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit ;
  • b) l’abbatiale ;
  • c) le dortoir ;
  • d) le réfectoire ;
  • e) la cuisine ;
  • f) le parloir ;
  • g) le logement de l’abbesse ;
  • h) le jardin du couvent.

L’abbatiale comporte trois nefs voûtées se terminant par quelques marches et le chœur. Des escaliers mènent à la crypte, contenant le tombeau de plusieurs abbesses. Le site étant un lieu de pèlerinage, il y a été aménagé un circuit pour fluidifier le flot des fidèles : on accède par un des escaliers et on en ressort par l’autre. À l’opposé, le massif occidental comporte trois travées, et à l’étage se trouve une chapelle.

Un regain d’intérêt pour le site à partir du milieu du XIXe siècle

En 1840, Louis Levrault établit un rapport au sujet de Niedermunster pour le compte du Ministère de l’Instruction publique. Son témoignage nous montre les vandalismes que les ruines ont subi, son utilisation comme carrière notamment. Le constat est alarmant.

Extrait du rapport de Louis Levrault sur l'ancienne abbaye de Niedermunster, 1840 (dossier documentaire de protection, CRMH DRAC Alsace)

Extrait du rapport de Louis Levrault sur l’ancienne abbaye de Niedermunster, 1840 (dossier documentaire de protection, CRMH, DRAC Alsace)

 » De ce côté de l’église, on découvre quelques fragments de pierres tumulaires, malheureusement brisées comme à plaisir par la pioche ; l’une d’elles porte la date de 1213. Quelques fragments de nervures et de rinceaux non moins hachés en petits morceaux, se rencontrent aussi entre les transepts et l’abside.

Tel était hier, mais tel peut-être déjà ne sera plus demain l’état des ruines de Nieder-münster. Hélas ces plein-cintres que le temps avait laissés debout, ces cloîtres qu’il avait ébréchés avec une sorte de coquetterie artistique, cette chapelle romane tapissée de lierre et qui se penche avec tant de mélancolie dans la solitude du vallon, entre les grandes roches et les hautes futaies, toute cette abbaye de Nieder-münster si chère à l’artiste, à l’archéologue et au poète, va bientôt, si on n’y met prompt ordre, disparaître pierre à pierre sous les coups de pioches des vendeurs de matériaux de construction. N’est-il donc aucun moyen de la sauver ? Chaque instant de retard dans les mesures à prendre coûte à la vieille abbaye une nouvelle injure, un nouveau coup de pioche à ses restes ! Lorsque tant de monuments historiques sont protégés par le zèle éclairé des comités historiques et de l’administration, faudra-t-il donc que Nieder-münster, la plus pittoresque et l’un des plus anciens monuments religieux de l’Alsace reste seul sans protection et livré au vandalisme de quelques stupides maçons ?  » (extrait d’un rapport de Louis Levrault, 28 octobre 1840)

En 1845, une opération archéologique entraîne l’effondrement de la voûte du chœur. Suite à cet événement, les fouilles ont été abandonnées pour se centrer sur la restauration de la chapelle Saint-Nicolas, chantier beaucoup moins complexe à gérer que celui de l’abbatiale. C’est probablement grâce au rapport de Levrault et à cet effondrement que les ruines de Niedermunster seront classées en tant que Monument historique en 1846.

En 1901, Félix Wolff, conservateur des monuments historiques d’Alsace, entreprend le déblaiement et la consolidation des ruines envahies de végétation, dont l’entrée du massif occidental de l’abbatiale sert de buanderie à une ferme construite à proximité. Il s’applique à restaurer les parties de l’édifice qui menacent de s’effondrer.

Ruines de l'abbatiale : vue du dégagement de la nef. Photographie du chanoine Keller, 1902 (fonds Denkmalarchiv)

Ruines de l’abbatiale : vue du dégagement de la nef. Photographie du chanoine Keller, 1902 (fonds Denkmalarchiv)

Ruines de l'abbatiale : vue du dégagement de la crypte. Photographie, auteur inconnu, 1902 (fonds Denkmalarchiv)

Ruines de l’abbatiale : vue du dégagement de la crypte. Photographie, auteur inconnu, 1902 (fonds Denkmalarchiv)

 

Ruines de l'abbatiale : vue de la restauration de la façade ouest. Photographie, auteur : Christmann, 1901 (fonds Denkmalarchiv)

Ruines de l’abbatiale : vue de la restauration de la façade ouest. Photographie, auteur : Christmann, 1901 (fonds Denkmalarchiv)

Des fouilles d’urgences ont été effectuées au début des années 1970 : le site, détérioré, doit être repensé. Pour se faire, on doit pomper de l’eau du terrain marécageux. Les archéologues ont découvert des niveaux d’occupation mérovingienne et carolingienne grâce à de la céramique et deux monnaies de Louis II le Jeune (empereur d’Occident de 855 à 875). (3)

Lettre de M. Salch adressée à M. Pétry, directeur des Antiquités hisotriques, 1970 (carte archéologique, dossier Saint-Nabor)

Lettre de M. Salch adressée à M. Pétry, directeur des Antiquités historiques, 1970 (carte archéologique, dossier Saint-Nabor)

En 1977, le conservateur régional des bâtiments de France demande d’autres restaurations, nécessaires pour consolider et protéger les ruines.

Rapport de projet de travaux, Bertrand Monnet, 1977, mettant en avant l'abandon et la détérioration du site, et légitimant les les volontés de protection et de restauration (fonds de dossiers de travaux, CRMH)

Rapport de projet de travaux, Bertrand Monnet, 1977, mettant en avant l’abandon et la détérioration du site, et légitimant les volontés de protection et de restauration (fonds des dossiers de travaux, CRMH, DRAC Alsace)

Puis, dans les années 1980, on découvre une dégradation du site par un « engin chenillé », et on remarque la disparition d’une vasque originellement placée dans la nef centrale de l’église.

Traces d'effraction sur le sol du dallage. Photographie, Agence des bâtiments de France, 1980 (fonds Denkmalarchiv)

Traces d’effraction sur le sol du dallage. Photographie, Agence des bâtiments de France, 1980 (fonds Denkmalarchiv)

 *

*            *

Actuellement, on ne peut accéder aux ruines que certains jours. En effet, étant très endommagé, le site a été grillagé afin d’éviter d’autres dégradations. Des élèves de l’INSA de Strasbourg ont réalisé une reconstitution des ruines en 3D pour que les visiteurs du Hohenbourg puissent tout de même avoir un aperçu des ruines de Niedermunster. (5)

 

Notes :

(1) cf. Burlet-Plan 2009.

(2) Suite à la Réforme, en Alsace et en Lorraine, des courants protestants considèrent que le protestantisme établi n’est pas assez rigoriste. Alors, des armées de paysans vont se rebeller aussi bien contre l’Église catholique que la protestante. Certains iront jusqu’à détruire images, statues, vitraux, et orgues des églises.

(3) cf. Jacques Preiss 1990.

(4) Niedermunster et Hohenbourg sont réunies à nouveau et sont toutes deux dirigées par l’évêché de Strasbourg en 1895.

(5) Ci-contre, le lien de l’animation 3D.

 

Bibliographie :

BURLET-PLAN Michel:  » La fiabilité des documents historiques dans l’étude des monuments anciens : l’abbaye de Niedermunster à travers l’iconographie (1780-1920) « . In : Cahiers alsaciens d’archéologie, d’art et d’histoire, 2009, 52, p. 25-52.

FLOTTÉ Pascal, FUCHS Matthieu. Carte archéologique de la Gaule : Bas-Rhin. Paris : Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 2000, p. 544.

FISCHER Marie-Thérèse. Treize siècles d’histoire du Mont Sainte-Odile. Strasbourg : Éd. du signe, 2006, 528 p.

FÈVRE Danielle.  » Une poterie vernissée du VIIIe au début IXe siècle sur la rive gauche du Rhin supérieur : Niedermunster vers 700, avant 850 « , Chantiers des études médiévales, 1975, 13,  p.  19-20.

HAMMER Nicole . Die Klostergründungen des Etichonen im Elsass. Marburg : Tectum-Vert, 2003, 117 p.

LEGROS Jacques. Le mont Sainte-Odile : une énigme. Paris : éd. S.O.S., 1974, 302 p.

LE MINOR Jean-Marie. Le mont Sainte Odile. Saint-Cyr-sur-Loire : A. Sutton, 2003, 128 p.

LE MINOR Jean-Marie, TROESTLER Alphonse et BIMANN Franck. Le Mont Sainte-Odile. Rosheim : ID l’Éd., 2008, 128 p. (Guides découvertes).

PREISS Jacques ,  » Sainte-Marie de Niedermunster, le monastère oublié « , In : Le Mont Sainte-Odile, haut lieu de l’Alsace : archéologie, histoire, traditions. Strasbourg : Musées de Strasbourg, 2002.

PREISS Jacques .  » Le cloître roman de Niedermunster :résultat des fouilles, description et reconstitution « . In : Annuaire de la société d’histoire et d’archéologie de Dambach, 1990, p 7-30.

WILSDORF Christian.  » Les constructions de Niedermunster antérieures au XIIe siècle « , In : Bulletin archéologique du Comité des travaux historiques et scientifiques, 1972, 8.

WOLFF Félix. Klosterkirche Santa Maria zu Niedermunster im Unter-Elsass : eine Monographie. Strasbourg, 1904.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *