Le document du mois : janvier 2013

Le mystère de la pyxide du tumulus du Kastenwald : du manuscrit à la revisite des données

Lors du classement du fonds ancien du Service régional de l’archéologie, une série de cinq lettres manuscrites des années 1950 a attiré notre attention. Il s’agit de courriers adressés par M. Charles Bonnet à M. Paul Wernert, directeur de la 3e Circonscription des Antiquités préhistoriques et relatant la découverte d’une pyxide mise au jour dans le tumulus I d’Appenwihr en 1955. Celle-ci, datée du Premier âge du Fer, est conservée au Musée d’Unterlinden à Colmar.


Agrandir le plan

Le tumulus I d’Appenwihr est situé dans la forêt de Kastenwald, entre Colmar et Neuf-Brisach. Il a fait l’objet d’une série de fouilles notamment par Charles Bonnet professeur de l’École normale d’instituteurs de Colmar et archéologue bénévole, accompagné par Madeleine Jehl et par des élèves de l’École normale.

Les cinq lettres écrites entre avril 1954 et décembre 1955, font état de l’avancement des découvertes au sein du tumulus :

«  Vous avez peut-être appris que nous avons commencé à faire des fouilles dans un tumulus des environs de Colmar, plus exactement dans le Kastenwald. Les fouilles ne sont qu’entamées car le tumulus a une trentaine de mètres de diamètre mais de faible hauteur (1m,50) ce qui a peut-être fait qu’il soit passé inaperçu jusqu’à présent « . (extrait de la lettre du 11.04.1954)

L’une des tombes du tumulus a ainsi révélé plusieurs objets dont une pyxide  » très curieuse  » :

Pyxide d’Appenwihr, auteur : O. Zimmermann in « L’Alsace celtique : approche archéologique » /
Centre régional de documentation pédagogique de l’académie de Strasbourg

Croquis de la pyxide, auteur : Charles Bonnet (lettre adressée à M. Paul Wernert le 10.05.1955)

« Dans ce tumulus nous avons dégagé une tombe très intéressante.

Elle contenait une poterie polychrome, des récipients de bronze, une passoire en bronze, une espèce de pommeau en bronze et surtout, et c’est l’essentiel, une pyxide en bois et en bronze.

Nous vous adressons à vous pour une question particulière.

En effet cette pyxide est très curieuse.

À l’intérieur, en A, une certaine quantité de matière : certainement ce qui reste du contenu. Nous cherchons à analyser chimiquement cela.

Nous pensons que la pyxide pourrait être un pot à onguent, le matériel d’un  » guérisseur « , d’un  » sorcier « . En effet sous l’anneau de la poignée, se trouve en bronze massif, une plante stylisée. Nous pensons à la Parisette  » Paris quadrifolia  » ; la ressemblance avec le fruit et les 4 sépales en croix est frappante. Or la parisette était une plante médicinale guérissant les convulsions, l’épilepsie. Vous voyez pourquoi nous pensons à un  » sorcier ».

C’est du roman-feuilleton ! Seule une analyse chimique très méticuleuse est capable de donner une réponse valable « . (extrait de la lettre du 10.05.1955)

Croquis de la poignée de la pyxide, auteur : Charles Bonnet (lettre adressée à M. Jean-Jacques Hatt, datée du 06.05.1955)

 

*

*        *

Les fouilles des deux tertres Appenwihr I et II menées par Charles Bonnet en 1954-1955 ont fait l’objet de plusieurs articles.

La pyxide est longuement décrite dans un article paru autour de 1955 (JEHL Madeleine, BONNET Charles, circa 1955) . Le produit contenu dans la pyxide et conservé précieusement par Charles Bonnet en  » une quantité équivalente à une boîte de Nescafé « , a été analysé chimiquement par M. R. Paris, Professeur de la Faculté de Pharmacie de Paris. Les résultats de ces analyses rendues complexes par l’ancienneté du produit, ont été publiés en 1957 dans Les Cahiers alsaciens d’archéologie, d’art et d’histoire (JEHL Madeleine, BONNET Charles, 1957) . Les analyses ont toutefois démontré qu’il s’agissait d’une matière grasse ressemblant « quelque peu à du beurre de laurier » et ont alors appuyé l’idée que la personne inhumée dans la tombe était un guérisseur. La pyxide serait un récipient à onguents et les objets retrouvés à proximité, en particulier la passoire, auraient pu servir à les confectionner.

Charles Bonnet relève notamment la richesse du décor du couvercle ainsi que la particularité de la poignée en bronze massif.  Il note la rareté d’une telle pyxide en France mais en souligne aussi les similitudes avec des objets conservés à Florence et retrouvés en Étrurie, près de Vetulonia et de Marsiliana. Le décor de la poignée inspiré de la Parisette, plante présente en Alsace mais absente des régions méditerranéennes l’amène à penser que la pyxide est plutôt issue d’une fabrication locale mais influencée par des modèles étrusques.

Il revient sur le décor de la pyxide dans un article paru dans Gallia en 1968, questionnant l’origine alsacienne ou non de l’auteur, au vue de son appropriation particulière des motifs orientalisants qui ornent le couvercle – une frise de lions qu’il avait interprétée avant la restauration de l’objet comme étant un motif de pois germant en lien avec le décor de la poignée (JEHL Madeleine, BONNET Charles, 1968).

  *

*        *

Le statut  du défunt inhumé dans la tombe – dont seul un morceau de côte a été retrouvé – mais aussi son sexe, ont également fait l’objet de plusieurs réflexions. Déjà, en son temps, Charles Bonnet évoquait la possibilité d’une tombe féminine mais il n’avait pu conclure.

Une revisite des données découvertes à Appenwihr I par Anne-Marie Adam en 1997 , aboutit en premier lieu à une datation plus fine de la tombe au Hallstatt C plutôt qu’au Hallstatt D, en comparaison avec les tombes de Vetulonia (ADAM Anne-Marie, 1997). Elle conclue également en une multiplicité probable des origines de la pyxide en revenant notamment sur la poignée comme objet de réemploi (ROLLEY C., 1988). Enfin, elle évoque l’absence d’épée dans la sépulture, objet fréquemment présent dans les tombes aristocratiques. La pyxide serait alors un élément du service de toilette fastueux caractérisant plutôt une tombe féminine.

Le tumulus I d’Appenwihr n’a peut-être pas encore livré tous ses secrets. Ces fouilles marquèrent les débuts de la carrière de Charles Bonnet en tant qu’archéologue. Durant plusieurs années il a su rallier ses étudiants à sa passion, et a pu réaliser de nombreuses opérations archéologiques. Les quelques difficultés qui ont pu jalonner son parcours n’ont semble-t-il pas entamé son enthousiasme pour la discipline :

 » Mais ne soyons pas pessimiste ! En archéologie il faut avoir de la patience ! Quand on fouille pendant de longues séances sans rien trouver il faut aussi en avoir « . (extrait de la lettre du 17.06.1955)

 » Faire un trou énorme pour trouver un morceau d’assiette !!! Une consolation : quand on fouille, on trouve toujours quelque chose. Rien ne passe inaperçu, fut-ce un débris moderne « . (extrait de la lettre du 23.12.1955)

   *

*        *

Bibliographie :

JEHL Madeleine, BONNET Charles. Nos très anciens ancêtres croyaient à l’efficacité des plantes : une pyxide dans un tumulus. In : ? tiré-à-part circa 1955.

JEHL Madeleine, BONNET Charles. Nouvelles fouilles et importantes trouvailles dans la forêt du Kastenwald près de Colmar. In : Cahiers alsaciens d’archéologie d’art et d’histoire, 1957, pp. 19-32.

JEHL Madeleine, BONNET Charles. La pyxide d’Appenwihr (Haut-Rhin). In : Gallia. Tome 26 fascicule 2, 1968, pp. 295-300.

ROLLEY C. Importations méditerranéennes et repères chronologiques. In : Les Princes celtes et la Méditerranée, (Rencontres de l’École du Louvre), Paris, 1988, pp. 96-98.

ADAM Anne-Marie. Nouvelles observations sur le matériel d’importation du tumulus I d’Appenwihr, Haut-Rhin. In : Cahiers alsaciens d’archéologie, d’art et d’histoire. 1997, pp. 5-15.

BONNET Charles, PLOUIN Suzanne, LAMBACH François. Chronologie et structures des tumulus du Kastenwald, Haut-Rhin : relecture des données anciennes et mobilier funéraire inédit. In : Cahiers alsaciens d’archéologie, d’art et d’histoire. 1997, pp. 17-32.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *