Le doc du mois : novembre 2013

Protéger au titre des monuments historiques le réfectoire de DMC à Mulhouse

Par Claire HIRSTEL, stagiaire à la CRMH

Le réfectoire, vue d'ensemble, auteur : Claire Hirstel, 2013 ( (c) DRAC Alsace)

Le réfectoire, vue d’ensemble, auteur : Claire Hirstel, 2013 ( (c) DRAC Alsace)

Mulhouse est connue internationalement pour son activité industrielle. Elle conserve d’ailleurs encore de nombreux sites dont une partie est à l’abandon. L’usine DMC fait partie de ce patrimoine industriel si cher aux Mulhousiens.

La Commission régionale du Patrimoine et des Sites (CRPS) du 05 juillet 2013 a examiné l’opportunité d’inscrire au titre des Monuments historiques le bâtiment du réfectoire de DMC dans son environnement paysager. Son avis a été favorable et l’arrêté préfectoral est en cours d’élaboration. Cette décision s’appuie sur un rapport documentaire élaboré par Claire Hirstel, stagiaire à la DRAC et à la Ville de Mulhouse.

Rappel de quelques éléments historiques

L’entreprise DMC est créée en 1800 par Daniel Dollfus-Mieg. Au départ il s’agit d’une entreprise textile spécialisée dans la fabrique de tissus imprimés appelés indiennes. Dans les premiers temps l’entreprise est très peu mécanisée et compte sur une main d’œuvre nombreuse. Mais elle connaît une rapide expansion et va très vite diversifier son activité vers le tissage et la filature. Dès 1806 DMC obtient une première médaille à l’Exposition des produits de l’industrie française. DMC ne cesse d’innover en important de nombreuses machines d’Angleterre mais aussi en déposant des brevets.

Affiche DMC ( (c) Musée DMC, en dépôt au CERARE)

Affiche DMC ( (c) Musée DMC, en dépôt au CERARE)

C’est vers 1839 que l’entreprise commence à expérimenter la fabrication du fil, qui va la rendre célèbre dans le monde entier. C’est d’ailleurs cette activité qui devient rapidement la plus rentable, et les autres filières (production de tissus imprimés), ne tardent pas à être abandonnées. Au milieu du XIXe siècle le patronat et notamment Jean Dollfus commencent à s’intéresser aux questions sociales. C’est également à partir de ce moment là que commencent à apparaître les cités ouvrières propres à DMC. En 1928 l’entreprise est à son apogée : elle emploie plus de 9000 personnes. La production monte jusqu’à 6500 tonnes de fil dont une grande partie est destinée à l’exportation notamment à travers les dépôts et les comptoirs de vente présents dans le monde entier. A partir des années 1960 DMC commence à connaître des difficultés comme en témoigne sa fusion en 1961 avec ses concurrents historiques dans la production du fil Thiriez et Cartier-Bresson. Le site de Mulhouse se concentre aujourd’hui uniquement sur la production de produits dérivés pour la broderie.

Le réfectoire, une réalisation sociale

Repas dans une salle à manger ( (c) Musée DMC, en dépôt au CERARE)

Repas dans une salle à manger ( (c) Musée DMC, en dépôt au CERARE)

Le réfectoire de DMC jouxte l’allée des platanes, artère principale d’accès au site de l’usine et fait face aujourd’hui à la filature de 1812 (depuis la disparition du bâtiment de la machine à vapeur). Ce bâtiment construit en 1886 est une réalisation sociale pionnière pour l’époque.

Plan général du site de DMC, 1866 ( (c) Musée DMC, en dépôt au CERARE)

Plan général du site de DMC, 1866 ( (c) Musée DMC, en dépôt au CERARE)

Avant sa construction, plusieurs bâtiments destinés à cet usage sont repérés sur les plans mais ils abritent en général plusieurs activités et n’ont pas l’ampleur de celui-ci. À l’origine, les ouvriers apportaient leur nourriture et la déposait au réfectoire. Du personnel dédié réchauffait les repas. Le réfectoire de DMC fonctionne jusqu’au début des années 2000.

Un bâtiment unique en son genre

Le bâtiment et son environnement (archives Pierre Fluck)

Le bâtiment et son environnement (archives Pierre Fluck)

Le bâtiment du réfectoire se développe en milieu de parcelle au cœur d’un parc arboré de 0,6 ha. Le traitement paysager de ses abords est particulièrement soigné, ce qui correspond à une certaine vision qualitative des équipements publics de l’entreprise. Un cours d’eau circule de manière sinueuse dans la prairie plantée légèrement vallonnée qui l’entoure. De petits ponts permettent de le franchir à différents endroits.

Le réfectoire, vue d'ensemble de la façade Nord, auteur : Claire Hirstel, 2013 ( (c) DRAC Alsace)

Le réfectoire, vue d’ensemble de la façade Nord, auteur : Claire Hirstel, 2013 ( (c) DRAC Alsace)

À l’arrière du bâtiment est creusé un étang artificiel que domine l’arrière du corps central du bâtiment sur pilotis.

Le réfectoire, vue en coupe de la façade Est, décembre 1953 ( (c) AMM, fonds de la SERM)

Le réfectoire, vue en coupe de la façade Est, décembre 1953 ( (c) AMM, fonds de la SERM)

Le réfectoire lui-même présente une architecture en pan de bois et brique sur soubassement et poteaux en béton, ce qui est remarquable pour l’époque puisque le béton ne se généralise en Alsace que vers 1902. Il présente deux corps emboîtés en forme de croix, le pan le plus long allant d’Est en Ouest mesurant 50m.

Son plan est symétrique, les espaces s’organisant de part et d’autre de l’entrée principale au centre. L’ensemble est coiffé d’une toiture en bâtière croisée. Le rez-de-chaussée est légèrement surélevé et le sous-sol est partiellement enterré du fait de la dénivellation artificielle du terrain et percé de baies dont les arcs de décharges sont en brique. Il tranche avec le rez-de-chaussée alternant montants en béton, briques pleines, briques en claire-voie, et grandes baies métalliques.

L’accès principal au rez-de-chaussée se fait au centre, par la façade Sud, par un escalier monumental en gneiss oeillé, matériaux rare. Il est surmonté d’une marquise légère en métal et verre. Sur cette élévation principale on peut lire l’inscription « REFECTOIRE » et sur les élévations latérales « DMC – 1886 ».

Sous-sol du réfectoire, vue générale de la salle à manger jaune, auteur : Clémentine Albertoni, 2012 ( (c) DRAC Alsace)

Sous-sol du réfectoire, vue générale de la salle à manger jaune, auteur : Clémentine Albertoni, 2012 ( (c) DRAC Alsace)

Rez-de-chaussée du réfectoire, grande salle côté Est, auteur : Claire Hirstel, 2013 ( (c) DRAC Alsace)

Rez-de-chaussée du réfectoire, grande salle côté Est, auteur : Claire Hirstel, 2013 ( (c) DRAC Alsace)

À l’intérieur, les espaces se répondent. Ils se distribuent sur deux niveaux accessibles par des escaliers de part et d’autre. Au sous-sol, se trouvent les pièces fonctionnelles : la cuisine et les deux salles à manger de 350 m² chacune dans lesquelles les tables dont il reste les pieds en fonte, étaient fixées au sol. Au rez-de-chaussée la principale caractéristique des salles, outre leur polyvalence, est qu’elles sont baignées de lumière. Elles constituent les véritables espaces de sociabilité de l’entreprise (salle des fêtes, cafétéria, salle de ping-pong, local comité d’entreprise). Les façades presque panoramiques, constituées de baies filantes quasi ininterrompues, ouvrent largement l’espace sur l’extérieur arboré. Par ailleurs, perçant les pignons Nord et Sud d’immenses verrières semi-circulaires apportent encore de la clarté à l’édifice. Le réfectoire a subi des modifications mineures par rapport à la structure d’origine.

Actuellement l’ancien réfectoire DMC est inoccupé. Il appartient depuis 2008 à la Société d’équipement de la région mulhousienne (SERM). La ville de Mulhouse est engagée depuis plusieurs années dans un grand projet de réaménagement et de valorisation du site de DMC. L’espace industriel doit devenir un lieu de vie ouvert, en lien avec les quartiers qui l’entourent. Dans ce contexte, les architectes Reichen et Robert dont le projet a été retenu, proposent de ranimer la sociabilité du réfectoire à travers des activités en rapport avec sa fonction passée (restaurant, brasserie, etc …).

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *